Sciences Thargoids

Nicou   0   Thargoid 27 juin 2018

Les Thargoids sont une race extra-terrestre mystérieuse dont les ambitions ne sont pas très claires. La civilisation humaine a tenté, et tente toujours, de comprendre leurs motivations depuis près de 179 ans sans succès. Cependant, de très nombreuses expérimentations ont pu être menées ; Certaines même de façons peu « correctes » et extrêmement controversées, voire condamnées.

Cet article est dédié à la science et aux histoires entourant les Thargoids. Certains de nos précédents articles ont donc été consolidés dans cet article unique.

Sommaire :

Les Thargo-quoi ?

De l’éthymologie Thar- et -Goid, il s’agit de « Chèvres voleuses du Tibet ». On est fixés, gardez vos crédits à l’abris ! 😉

Les Thargoids sont une espèce extra-terrestre découverte pour la toute première fois par Lens Nikon en 2850, sur le système Veliaze. Alors que Lens travaillait sur la terraformation de New Africa, il observa une dégradation de l’environnement progressive et une augmentation du taux d’ammoniaque dans l’atmosphère et dans les sols. Certains étranges vaisseaux, de plus en plus nombreux, passaient en très haute altitude ; C’est ainsi qu’il découvrit une toute autre civilisation et la première flotte Thargoid.

Aujourd’hui renommée Epsilon Indi, c’est ici qu’existe la planète-bug à orbite extrêmement rapide – Mitterand Hollow.

Ces derniers étaient sûrement intéressés par la planète et cherchaient tout comme nous à la terraformer ? Quoi qu’il en soit, la Fédération ne chercha pas ouvertement à communiquer avec ces aliens et envoya en secret un bataillon dans le but d’éliminer discrètement cette menace à leurs intérêts. Les pilotes détruisirent cette flotte alien malgré les tentatives de communications de cette dernière. Les canaux diplomatiques ne reçurent aucune réponse et les Thargoids dont le vaisseau-mère présents fûrent exterminés. Victoire ! Après une violente bataille en face à face, les troupes de la Fédération se retièrent grâce à un saut hyperespace… c’est à ce moment là qu’ils fûrent tous arrachés du WitchSpace (autre nom de l’hyperespace) et sortis au milieu de nulle part, entourés d’une trentaine de vaisseaux-mères Thargoids et une gigantesque flotte de vaisseaux et autres drones Thargons. Seuls deux humains sortirent vivants de cet enfer, terrorisés par leur terrible expérience, mais indemnes.

D’après leurs rapports, les Thargoids maîtrisent parfaitement le saut hyperespace et peuvent y entrer, sortir et même « glisser » auprès d’autres vaisseaux en hyper-espace sans problème. Ils auraient tenté de communiquer avec les humains plusieurs fois, mais sans succès, ces derniers tirant à chaque essai diplomatique, pris de panique et de peur. La guerre fût donc inévitable, et les Thargoids envahirent l’espace humain pendant près de 343 longues années dont 96 années de combats intensifs.

 

La civilisation Thargoid est de type insectoide et pourrait originellement être issus d’une autre dimension parallèle à la nôtre. Ils possèdent un exo-squelette chitineux biologique & mécanique, des jambes à articulations multiples, 2 doigts opposés. De nombreux morceaux de cadavres aliens ont été récupérés pendant la guerre Thargoid et sur les sites abandonnés INRA dont nous parlerons dans le prochain chapitre; La morphologie de ces restes était de deux catégories distinctes : ceux extraits des épaves de vaisseaux Thargoids et ceux découverts par des explorateurs à partir d’autres sources. Les premiers sont grands, allant du bleu-vert au gris, et suggèrent une masse corporelle allant de 2 à 5 fois la masse d’un humanoïde de 2 mètres. Les autres, décrits en détail dans l’Encyclopédie Giomanst, sont noirs, ont moins d’articulations, et ont une taille similaire à celle d’un humain. Il semble raisonnable de dire qu’il existe plusieurs variantes de Thargoids allant de l’original à des créations ingénieurisées bio-mécaniques. Il se peut aussi qu’en grandissant, les Thargoids changent de variantes représentant ainsi un cycle de vie.

Leur métabolisme est supposé être basé sur l’oxydation/réduction mais un équivalent du cycle de Krebs n’a pas été démontré. En terme de procréation, il existe des femelles adultes nommées « mère de la ruche » capables de pondre une successions de « drones » : des femelles stériles sans capacité reproductrice. Les « drones » Thargons sont produits à partir d’œufs et conduits jusqu’à l’âge adulte par une série d’étapes larvaire similaire aux autres espèces d’insectes du monde connu. Toute reproduction est faite via parthénogenèse et il n’y a aucun signe de l’existence d’un second sexe.

C’est la seule autre espèce intelligente spatiale connue à ce jour et est classée par la Fédération comme « très résistante et refusant la diplomatie ». Qui à raison ? Qui à tort ? La Fédération tenterait-elle de cacher son erreur passée ?

Entre autres péripéties, l’Alliance des Systèmes Indépendants fût créée en 3230 avec l’avènement du système Alioth. Ce dernier fût le théâtre d’innombrables batailles entre l’Empire, la Fédération et les Thargoids. Le groupe Argent Amalgamated Aerodynamics est créé par Meredith Argent et Mic Turner. Ils annoncent clairement leur position pour l’Alliance et deviennent le principal chantier naval et constructeur de vaisseaux pour cette nouvelle puissance. Le chantier naval est très connu, il s’agit de New Rossyth. Ce chantier naval est le plus perfectionné de tous et possède les toutes dernières technologies récemment développées. En tête : produire les meilleurs vaisseaux jamais créés.

Selon le Premier ministre de l’Alliance, Edmund Mahon, qui est l’un des rares individus ayant accès aux archives, l’INRA a mené une guerre Xenocide résultant en la destruction totale d’un espèce intelligente. Grâce au co-fondateur de l’Alliance, Meredith Argent, ils déligitiment l’INRA et mettent en avant la fin de son mandat, le départ des Thargoids et leur Xenocide. La Branche de Recherches Navale Intergalactique est obligée à dissolution en 3253. Les événements entourant le premier contact avec les Thargoïds furent pour la plupart supprimés (par Le Club) et oubliés, et par les années 3300, les Thargoïds eux-mêmes étaient généralement considérés comme une fiction… sauf par certains.

Pour l’anecdote, Le Club est un groupe de personnalités influentes qui manipulent le cours du développement de la civilisation humaine depuis des siècles. Ils prétendent agir dans l’intérêt supérieur de l’humanité, en guidant l’espèce dans ses crises afin qu’un maximum d’humains survivent. Cependant, d’innombrables vies sont perdues à cause d’eux, utilisés comme des pions inconscients dans leurs plans impénétrables. Exposer Le Club et leurs connaissances de l’invasion Thargoïds était le dernier acte de Kahina Tijani Loren.

En janvier 3303 (2017), le contact avec les Thargoids est à nouveau établi, après qu’un explorateur se soit fait intedire en plein saut hyperespace : une Hyperdiction.

La mystérieuse civilisation des Thargoids prépare donc son retour depuis des dizaines d’années. Est-ce dans le but de se venger ? N’avons-nous pas simplement posé le pied sur leur territoire par nos expansions incontrôlées ? Pourquoi ne détruisent-ils actuellement que certaines installations soutenant l’initiative AEGIS, les vaisseaux de l’Empire et ceux de la Fédération ? Ces derniers repètent plus ou moins le schéma de l’INRA de part ses ambitions et ses développements.

Artefacts, Sondes, Barnacles, Sites Thargoids, Liens, Scouts, Intercepteurs Cyclops, Intercepteurs Basilisks, Intercepteurs Medusas, Scouts Maraudeurs… Nos stations AEGIS se font également détruire par les Medusas dans la nébuleuse des Pléïades et près de la bulle humaine. Nous assistons à une escalade entre nos deux espèces. La guerre est désormais déclenchée alors que la Fédération et l’Empire envoient des flottes afin de réduire le nombre de Thargoids dans nos frontières. L’Alliance agit également mais se montre plus réservée, alors qu’elle continue ses recherches et ses développements dans la nébuleuse California, à l’abris des regards… vers où tout celà nous mènera t-il ?

Retour au sommaire

INRA, Intergalactic Naval Reserve Arm

L’INRA est une ancienne organisation scientifique créée en 2900 qui visait à analyser les Thargoids, cependant la prise de contrôle militaire et la découverte d’un virus Mycoid développé a changé la donne.

Cette dernière s’assure en tant qu’organisation scientifique développant dune douzaine de projets grâce à la coalition Empire et Fédération. Cette dernière reste en place grâce à un mandat tant que les Thargoids sont présents dans l’espace humain. Tests de nouveaux armements afin de repousser les Thargoids, nouvelles technologies, recherche sur les capacités de sauts hyperdrive. De nombreuses expériences fûrent menées sur des spécimens Thargoids vivants dans l’ombre des médias et menèrent à l’élaboration hasardeuse du virus Mycoïd. Cette fabrication est issue à la base d’un jeune scientifique en agrologie qui visait à éradiquer la famine dans le monde, à l’aide de tissus de vaisseaux Thargoids et de champignons. Son projet est allé bien au-delà de ses attentes et a attiré le regard de hauts-gradés militaires supervisant les douze projets scientifiques de l’INRA. Après des millions de crédits versés dans cette recherche Mycoïd, une arme chimique redoutablement efficace contre les Thargoids fût mise au point. Le virus au point, il ne fallu pas longtemps pour repousser les Thargoids à l’aide de cette arme bactériologique.

 

Découverte des Thargoids en 2850, développement de l’INRA en 2900, Mycoid en 3151 et fin de l’invasion en 3193. La grande guerre contre les Thargoids aura duré 96 ans avec des échanges de tirs entre les deux civilisations durant 343 longues années.

Ce composé attaque les polymères chimiques dont sont composés les Thargoids, on parle d’un xenocide.

 

En 3151 et après des millions de crédits versés dans cette recherche Mycoïd, une arme chimique redoutablement efficace contre les Thargoids fût mise au point. C’est le commandant John Jameson qui fût déployé afin de délivrer cette arme contre les aliens à l’aide de missiles dirigés vers un vaisseau-mère Thargoid. Ce dernier devait uniquement désactiver les moteurs Thargoids et se propager au travers de tous leurs vaisseaux, cependant un effet secondaire connu par les hauts-gradés rongea également tous les Thargoids.

Horrifié, John tenta de revenir à la base mais un dispositif attaché à son vaisseau par les responsables INRA s’activa : il ne doit pas revenir vivant de sa mission. Son secret doit être enterré, les Thargoids doivent être vaincus, qu’importe le prix. Les Thargoids battirent donc en retraite en 3193, ayant perdu un nombre incommensurable de vies.

 

Leur histoire ressemble beaucoup à la nouvelle organisation AEGIS, ce qui déplaît à beaucoup de pilotes.

Apprenez du passé avec ces logs issus des banques de données trouvées sur les bases de l’INRA.

Logs - Hollis Gateway

Journal personnel : Bexley Prince, responsable des recherches : Nous avons reçu aujourd’hui un chargement particulièrement enthousiasmant : des éléments de technologies Thargoid, dont des fragments de leurs vaisseaux. bien sûr, la plupart de ces pièces sont plus ou moins endommagées, mais cela ne nous empêchera pas d’en faire bon usage. Par bien des aspects, la technologie Thargoid est nettement plus avancée que la nôtre. Percer ses secrets pourrait nous ouvrir de nouveaux horizons et nous permettre de faire des progrès vertigineux. Les voyages spatiaux, la maîtrise de l’énergie, l’armement, le domaine médical même… le champ des applications potentielles est infini. Je subodore qu’il y a une découverte majeure à faire, une découverte à même de nous donner les clés de cette technologie extraterrestre. Qui sait ? J’aurais peut-être l’honneur de donner mon nom à cette avancée ? Mais il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs ! Il reste beaucoup à faire avant de trinquer au champagne. J’ai assigné leurs champs de recherche aux équipes, nous verrons bien ce qu’il est possible de trouver.

Les progrès sont lents et difficiles. Surtout, nous avons dû remettre en question l’essentiel de nos connaissances sur les Thargoids. J’imagine qu’il fallait s’y attendre. Nousavons désormais douze projets de recherche actifs, chacun se concentrant sur un domaine précis. Je dois avouer que certains de mes collègues mettent ma patience à rude épreuve. C’est le problème quand on est perfectionniste. Je m’impose des normes très strictes. Et je me pense donc en droit d’espérer que les autres en fassent autant.

La phase 3 est un échec. J’ai vraiment cru que nous étions sur la bonne voie, mais ce n’est pas parceque la théorie semble tenir la route que la pratique lui donne toujours raison. Certains des chercheurs les plus jeunes s’agitent un peu. Ils pensent être surveillés. L’une de ces jeunes affirme même être détenue ici contre son gré. Bien entendu, les membres de l’équipe les plus expérimentés savent qu’il n’en est rien. Il est tout à fait logique de nos employeurs nous gardent à l’œil. De par leur nature, nos travaux sont extrêmement confidentiels. Nous étudions une technologie extraterrestre, après tout. Ce n’est qu’une question de sécurité. Il y a toujours des gens pour crier au complot de toute façon.

Malgré mes avertissements, car cette piste aboutira à une impasse, nos employeurs persistent à s’intéresser à une étude mineure. Ce projet n’est même pas officiel, c’est l’un de nos jeunes chercheurs qui s’est lancé là-dedans à ses heures perdues. Ce spécialiste en science agricole s’est donné pour but d’éradiquer la famine, et il aurait généré un agent biologique capable de neutraliser la technologie extraterrestre ? Ben voyons ! Nous voilà à dépenser des millions de crédits et à enchaîner les nuits blanches pour essauer de comprendre les ressorts de cette merveille, tandis que monsieur cherche tout simplement à la détruire ?! Si celà ne tenait qu’à moi, il serait licencié sur le champ. Malheureusement nos employeurs semblent penser que son travail n’est pas complètement inutile…

Hermitage, 4a
-53.75 / 157.61
EfilOne (CoR), Yuksarr (Wing Atlantis/OSIRIS), Alex Ringess (Wing Atlantis/OSIRIS), Klingsor (LPV/OSIRIS)

Logs - Stuart Retreat

Je n’ai pas beaucoup de temps. Dès qu’ils verront que je ne suis plus là et que j’ai copié les données, ils enverront leurs molosses à mes trousses, ça ne fait aucun doute. Il faut pourtant que la galaxie sache la vérité sur l’INRA, ses projets et ses secrets.

Je m’excuse pour le rôle que j’ai joué dans cette histoire.
Je travaillais en tant que scientifique dans une installation d’Hermitage 4 A. Je recherchais d’éventuelles applicaitons dérivées de la technologie thargoid dans ledomaine agricole. Le laboratoire était chapeauté par l’INRA. Aux yeux du public, l’INRA est une coopérative généreuse et altruiste. Mais je peux vous assurer qu’elle s’intéresse nettement plsu à l’armement depuis quelques années, de la mise au point à la production de toutes sortes d’engins de mort. Elle ne le crie pas sur tous les toits, bien sûr, mais l’INRA n’est plus rien d’autre qu’une corporation militaire.

Je suis spécialiste des mycoprotéines. Mon domaine, c’est l’immunisation des cultures à différentes maladies. Et je commençais à obtenir des résultats prometteurs, même si cela avait l’air de laisser mes supérieurs de marbre, quand les événements se sont accélérés.
Je venais de finir une série d’expériences de contrôle. Quelques tests auxquels j’accordais peu d’importance et qui n’étaient même pas vraiment liés à mes recherches principales.
A défaut d’être très significatifs, les résultats m’ont paru assez intéressants pour que j’en fasse mention. Comme elle avait toujorus semblé mépriser mes travaux, je n’ai pas voulu donner la primeur de la nouvelle au docteur Prince, et j’ai directment contacté l’INRA.
Je donnerais tout ce que j’ai pour pouvoir revenir en arrière et éviter cette erreur dramatique.

Mes appareils et mes échantillons ont aussitôt été mis « à l’abris ». J’ai découvert par la suite qu’ils sont maintenant utilisés sur un site de tests de prototype d’armement dans le système d’Alnat A 2 A A. Grâce à mes recherches, ils ont mis au point une super-arme, destinée à éradiquer les Thargoids. On m’a dit que des expériences ont été menées sur des créatures en captivité. Je ne sais pas si c’est légal, au sens strict du terme, mais amoral, oui, sans l’ombre d’un doute.
Aux yeux de l’opinion publique, l’INRA est un symbole d’espoir, de possibilités offertes par la collaboration des superpuissances. Si telles ont bien été les prémisses de sa naissance, je peux vous assurer que l’INRA n’a plus rien à voir avec cet idéal. Le progèrs à tout prix, la justice subordonnée à la force, voilà ce que l’on y vénère. Les facettes les plus noires de l’âme humaine, au service d’une organisation entièrement vouée au développement d’armes toujours plus puissantes.
A vous qui me lisez, je vous en supplie, diffusez ces informations au plus grand nombre. Il faut que la galaxie ouvre les yeux.

HIP 15329, A 3 C
-62.61 / -44.26
Syleo (Wing Atlantis / OSIRIS / RI)

Logs - Klatt Enterprises

Enfin nous sommes sur la bonne voie. Un scientifique du centre basé dans le système Hermitage 4 A a fait une découverte majeure. Un pur hasard, à ce que j’ai compris. En tout cas, cela nous a permis de faire d’immenses progrès.
Au final, il s’agit d’une espèce de champignon, une variété qui semble avoir un impact non négligeable sur la technologie thargoid. Nous la savions en partie organique, mais jusque-là, nous n’avions jamais réussi à tirer profit de cette particularité.
En théorie, si nous parvenons à injecter le champignon dans leurs vaisseaux, plus précisément au niveau des réacteurs, nous devrions pouvoir les neutraliser. Les Thargoids se retrouveront alors dans l’incapacité de quitter leur système.
Nous pourrions bien mettre un terme à cette guerre d’un seul coup de maître.

Nous avons construit un nouveau laboratoire entièrement dédié à l’étude des effets du mycoide. Et nous avons également notre disposition un vaisseau thargoid intact et un spécimen vivant. J’ai l’intention d’en profiter pour tester le mycoide au maximum. Certains de mes collègues ont des réserves quant à l’idée de soumettre une créature vivante à ce type d’expérience, mais je doit avouer que je n’ai pas tant de scrupules. IL nous faut impérativement comprendre les capacités du mycoide.

Excellente nouvelle, on nous a livré un deuxième spécimen. Nous allons pouvoir redoubler le rythme des expériences.
Nous avons pu déterminer que le champignon affecte, non seulement la technologie des Thargoids, mais aussi leur physiologie, comme en atteste la détérioration du premier spécimen. Ces résultats sont particulièrement prometteurs. Si le mycoide est à même de leur nfliger tant de mal, nous tenons peut-être là le moyen de remporter la guerre.
Plusieurs collègues ont quitté l’équipe pour protester contre le traitement réservé aux créatures. Si cela ne tenait qu’à moi, je ferais exécuter ces traitres sans autre forme de procès.

Les résultats de nos dernies tests sont particulièrement bons ! Le mycoide peut paralyser tout le système thargoid, organique ou technologique, en une poignée de seconde. Il est redoutablement efficace.
Je dois avouer que je ne peux pas m’empêcher de sourir à la pensée des insoutenables douleurs qu’il inflige. Après tout, comment être témoin des atrocités commises par ces démons – car oui, j’ai vu le chaos, la destruction, les corps – et ne pas souhaiter les voir souffiri mille morts à leur tour ?

Les transporteurs sont partis pour HIP 59382 1 B avec les échantillons afin de commencer la production de masse. On sait que le mycoide est efficace. Maintenant, c’est aux autres membres du projet de trouver un moyen de le déployer de façon efficace.
Certain n’hésiteront pas à me couvrir d’opprobres pour ma contribution. Peu importe, je n’ai aucun regret.
Let Thargoids sont des brutes assoifées de destruction. Ils ne s’arrêteront pas avant de nous avoir exterminés. Alors, quand on conçoit une arme capable d’empêcher l’apocalypse, il est de notre devoir d’appuyer sur la gâchette.

ALNATH, A 2 A A,
4.01 / 133.54
Isaiah Evanson (CoR)

Logs - Mayes Chemical Plant

A: Trystan Law, agent de liaison.
Je sais bien que le contrat est faramineux, mais il faudrait tout de même réévaluer le planning de production. Nous ne disposons ni des installations ni du personnel nécessaires à un tel chantier. De
plus, il faudrait avant tout procéder à la décontamination des lieux, ce qui pourrait nécessiter plusieurs semaines.
En résumé, nous sommes fondamentalement incapables de produire cette quantité de produits chimiques dans le temps imparti. C’est tout simplement impossible.
Et j’aimerais aussi réitérer ma demande d’information complémentaire quant à la finalité dudit produit.
Jarah Cook
Responsable de site

A : Elgii Sung, responsable de site
Félicitation pour votre promotion au rang de responsable de site. Nous sommes impatients de collaborer avec vous sur le Projet Mycoide.
Je crois savoir que vous avez demandé des détails sur la nouvelle affectation de votre prédécesseur. Il a tout simplement été décidé que son expérience et ses compétences seraient plus utiles à un autre niveau de l’organisation.
Ainsi que nous en avons déjà discuté, il est impératif que la production soit lancée au cours des trois prochaines semaines.
Vous avez toutes notre confiance.
Trystan Law,
Agent de liaison.

A : Elgii Sung, responsable de site
NOtre analyse confirme la contamination du dernier lot et, par voie de conséquence, son inutilité. Je suis certain qu’il n’est pas nécessaire de vous rappeler l’importance de mener ce projet à bien sans complication. Il est impératif de déterminer la source de cette contamination au plus vite.
Nous ne pouvons plus nous permettre la moindre erreur.
Trystan Law,
Agent de liaison.

A : Trystan Law, Agen de liaison
Ce sont les extrémités auxquelles vous nous forcez, avec votre planning de production fantaisiste, qui sont à l’origine des problèmes du dernier lot. Ce genre d’erreurs ne se produirait pas si nous disposions de délais raisonnables.
Ceci étant dit, nous avons réglé le problème et augmenté nos cadences de travail afin de remplacer le lot corrompu dans le temps imparti. Le prochain chargement se présentera dans HIP 7158 A 2 D d’ici 72 heures.
Elgii Sung
Responsable de site.

HIP 59382, 1 B
11.41 / 177.06
EfilOne (CoR)

Logs - Hogan Depot

Les transporteurs se présentent chaque jour avec leur chargement. Et d’autres viennent ensuite emporter le tout. On nous dit de ne pas poser de questions. D’après les rumeurs, il s’agirait d’une sorte de pesticide. Vu les quantité qu’ils transbahutent, ils doivent s’attendre à une infestation cataclysmique.

Un ponte de l’INRA est venu nous rendre visite. Le patron affirme qu’il voulait discuter investissements, mais ce type m’évoque plus un militaire. Je sais bien que l’INRA est considérée comme une excellente coopérative, mais à mon avis, il y a anguille sous roche.
La seule chose qui soit sûre, c’est que c’est l’INRA qui fait la loi par ici.

Les transporteurs n’acheminent plsu rien par ici, mais les vaisseaux continuent à venir récupérer le stock. L’endroit se vide peu à peu.
J’ai eu l’occasion d’échanger quelques mots avec l’une des pilotes, sur les docks. A l’écouter, tout cela, c’est une sorte de projet d’arme secrète anti-thargoid. Elle a pour mission d’apporter le produit à un laboratoire de recherche médicales dans LP 389-95 7, où que ça puisse être. Apparemment, ça fait des mois que ça dure, avec des sites dans toute la galaxie.
Ce n’est donc pas un pesticide. Du moins, pas au sens traditionnel du terme.

HIP 7158, A 2 B
-44.63 / -63.78
EfilOne (CoR)

Logs - Velasquez Medical Research Centre

Journal personnel : Kiona Li, médecin en chef : J’ignore leurs identités exactes. Des grands pontes de l’industrie, j’imagine. Mais ils ont clairement convaincu le comité directeur.
Ce n’est pas vraiment une surprise, vu la somme qu’ils proposaient pour se voir ouvrir les portes de nos labos. J’imagine que l’on ne leur a même pas demandé ce qu’ils voulaient exactement.
Au moins, mon supérieur m’a promis que les lieux ne serviraient pas au développement d’armes biologiques. C’est un centre médical après tout, et personne ne m’obligera à participer à cette drôle de guerre à coup de crédit.

En fin de compte, ils voulaient mettre au point une sorte de vaccin. Un antidote permettant de contrer je ne sais quelle arme biologique.
Ils nous ont remis des échantillons et des dossiers de données, avant de se retrancher dans un silence glacial devant nos questions. De fait, nous nous retrouvons à travailler à l’aveuglette, et avec les mains liées par-dessus le marché…
Il est vrai qu’ils nous ont fournis ce dont nous avons besoin, même si nous ignorons tout de la provenance de la moitié des éléments. Nous avons également accès aux matériaux soumis aux ravages de l’arme. C’est un mélange de substances hétéroclites, organiques et inorganiques, d’origine humaine et autre.
J’en viens à me demander si cette arme est même conçue pour cibler les êtres humains.

Nous avons finalement eu accès à des exemplaires de l’arme, et cela nous a ouvert de nouveaux horizons.
La facilité avec laquelle nos bienfaiteurs ont récupéré ces échantillons m’inquiète toujours, mais c’est probablement ma paranoïa maladive qui me joue des tours. Après tout, ils disposent clairement de moyens financiers importants, et les crédits ouvrent toutes les portes, c’est bien connu.

Au terme de ces nombreux mois de recherche, la solution s’est imposée comme une évidence. Quand on le dissocie, on se rend compte qu’on a affaire à un composé organique assez simple, proche d’un champignon.
Nous avons testé le vaccin sur certains des échantillons les plus anciens, et s’il n’offre aucune perspective de guérison des lésions, il protège contre tout emploi ultérieur de l’arme.
Nos commanditaires ont l’air satisfaits.

Le laboratoire est en cours de démantèlement, nos commanditaires souhaitent apparemment nous transférer ailleurs. Leurs agents nous ont rendu visite il y a quelques jours. Ils ont exigé de copier toutes nos données sur leur serveur. Il nous a aussi été demandé de rassembler tous les échantillons afin de les préparer au transport.
Mais quelle mouche les pique ? Ce labo est à même de satisfaire toutes leurs exigences, ils s’en sont eux-mêmes assurés. J’ai essayé de leur tirer les vers du nez, mais en vain. Apparemment, toutes ces informations sont classées top secret, et je n’ai pas le niveau d’accréditation nécessaire.

LP 389-95, 7
57.96 / 50.03
Cmdr Solderkiller

Logs - Almeida Landing

Journal personnel : Effie Ratling, ingénieur :
On m’a dit de ne pas poser de questions. Je dois simplement comprendre comment ça marche. Armes, boucliers, énergie, tout ce que j’arrive à reproduire. Imaginez un lourdaud de la préhistoire auquel on demande de réparer une fusée, eh bien voilà, c’est moi. Non mais sérieusement, je ne sais même pas par où commencer… Enfin… au moins, la paye est bonne.

Ça fait des jours que je n’ai plus fermé l’oeil. J’ai toujours eu du mal à savoir quand m’arrêter. Alors, face à un vaisseau non humain, comment résister…J’ai fait quelques progrès, mais toute avancée est suivie de son lot d’impasses. Les huiles commencent à s’impatienter.. Franchement, qu’est ce qu’ils espéraient ?

Ce n’est pas comme s’ils m’avaient fourni le guide de l’utilisateur.

J’ai enfin réussit à comprendre certaines facettes de la technologie des réacteurs. Ce n’est pas plus mal, vu que j’étais à court d’idées. Les réacteur thargoids
sont fondamentalement différents des nôtres. Plutôt que de chercher à manipuler l’espace autour du vaisseau, leur technologie semble viser à créer un tunnel spatio-temporel par lequel le navire s’engouffre ensuite. C’est dément dit comme ça, mais les calculs ont l’air de tenir la route. Et si je ne me trompe pas, j’ai même une petite chance d’arriver à les imiter. Il me faut un prototype aussi vite que possible. Mon petit doigt me dit que les huiles ne vont pas tarder à se pointer. J’ai déjà connu ce genre de situations. On vous engage et, une fois le gros du travail terminé, la boîte vous éjecte et accapare la gloire. Ouais, eh bien, pas cette fois. J’ai la ferme intention de voir mon nom associé au tout premier réacteur hybride.
Je le savais ! Dès l’instant où j’ai remis mon rapport, l’entreprise est entrée en action. Bon, ils ont décidé de me nommer « consultant », quoi que ça puisse signifier… Mais je pourrais tout aussi bien
parler dans le vide… personne ne m’écoute. Ils ont apporté quelques modifications au prototype, plutôt bâclées, je dois dire. Ils doivent vouloir passer aux essais en vol le plus vite possible. Je leur ai pourtant répété qu’on en est loin, qu’il faut multiplier les tests. Tu parles si cela les a fait changer d’avis… Le tunnel spatio-temporel est stable, c’est sûr, mais de là à savoir ce qui arriverait à un être humain qui y entrerait…

Donc, malgré mes avertissements, ils ont décidé de procéder au vol d’essai. Et ils ont déniché une tête brûlée. Un jeune bourré de testostérone, mais qui n’a rien dans le ciboulot, comme aurait dit
mon vieux. Le tunnel spatio-temporel est resté stable, mais ça, ça n’a jamais été la question. Non, le problème, c’est de savoir dans quel état on va retrouver le pilote.

Le vaisseau a mis près d’une heure à réapparaître. Et il dérivait quand on l’a récupéré, le pilote restant sourd à nos appels. La vision d’horreur, à l’ouverture du cockpit, me hantera jusqu’à la fin de mes jours. On aurait dit que le corps du malheureux avait été retourné comme un gant de toilette. Ce pauvre garçon qui se prenait pour le roi des étoiles. Mais je dois avouer que ma compasion est vite passée à l’arrière-plan quand j’ai compris qu’ils voulaient me faire porter le chapeau. OFficiellement, le projet est annulé, et une enquête a été ouverte . Ben voyons… A tous les coups, ils vont continuer les essais en secret. Quant à moi, je fais le bouc émissaire idéal. J’ai peut-être encore une chance de m’en tirer… Ils ont apparemment développé une sorte d’arme anti-thargoid dans le plus grand secret. Ils veulent à tout prix éviter de voir leur manigances éventées, alors je vais leur proposer un marché. Ma liberté contre mon silence. S’ils persistent à vouloir me faire porter le chapeau, eh bien, la galaxie saura que l’INRA n’est pas contre un petit génocide ou deux. C’est risqué, je le sais, mais je ne vois pas d’autre solution.

Conn, A 3 A
73.38 / 102.37
Cmdr Robbie

Logs - Carmichael Point
Tout est en place. Si les Thargoids mordent à l’hameçon, ils ne tarderont plus à déferler sur cette installation. Et on verra alors ce que valent vraiment ces nouvelles armes. Il aura fallu pas mal de temps et de sueur poiur maquiller l’endroit en site militaire d’importance. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour qu’ils tombent dans le panneau. Il est temps de commencer à leur rendre la monnaie de leur pièce.

Tout le monde est sur les nerfs. Imaginez-vous face à une tempête en approche. L’air est lourd, menaçant. Ils n’ont peut-être pas mordu à l’hameçon ? Et si l’endroit était trop bien dissimulé ? Ou alors, pas assez, au contraire ? Et s’ils avaient compris qu’on leur tend un piège ? J’imagine qu’il est trop tard pour se faire du mauvais sang. On ne peut que patienter, les yeux au ciel.

Contact confirmé ! Les Thargoids sont à moins de 1 000 secondes-lumière et se rapprochent à toute vitesse. Activez tous les systèmes d’armement et préparez vous à ouvrir le feu sur mon ordre. On n’aura qu’une seule chance, et j’entends bien la saisir. Un instant. Qu’est ce que c’est ? Pas un vaisseau thargoid ordinaire, en tout cas. Ce truc est gigantesque ! Analysez-moi ça, bon sang ! Et informez Contrôle qu’on a affaire à un vaisseau-mère. Envoyez-leur les coordonnées au plus vite. Ça y est ! Ils sont à portée. Feu à volonté !

Echec du test… cible n’a subi que des dégâts mineurs… le site est perdu… tous les agents… aussi…

HIP 16824, A 2 F
73.87 / 61.87
Jack Corban

Logs - Stacks
Détection de chaînes de molécules complexes… Liaisons affaiblies par l’application d’un agent corrosif… Echec de l’identification de l’agent… Analyse des données structurelles terminée.
Matériau organique analysé… Contaminant potentiel identifié… Analyse de composition terminée.
Toujours les mêmes résultats. Je me tue à leur répéter qu’on ne peut pas espérer mieux avec ce genre d’échantillons. Il nous faut un spécimen vivant.
Apparemment, ils ont fini par m’écouter. On nous a demandé de construire des appareils de test et un caisson sécurisé. Je leur ai soumis mon cacher des charges, ils m’ont répondu que le caisson
devait être plus solide.
Ces créatures doivent dotées d’une force prodigieuse.
Le spécimen est arrivé aujourd’hui. Les rapports de sécurité font état de plusieurs tentatives d’évasion, la plus récente ayant fait plusieurs victimes. Nous devons prendre toutes les précautions
possibles. Si sa condition physique semble déplorable, la créature est bel et bien vivante. Elle va certainement nous être d’une grande utilité.
Le spécimen fait preuve d’une résis tance hors norme. Il a l’air capable de survivre à des traumatismes physiques sévères, y compris à l’amputation de plusieurs membres. Un peu à l’image de ces
araignées dont j’arrachais les pates dans mon enfance. La créature n’étant pas humaine, nous ne sommes heureusement pas gênés par la paperasserie, les formalités légales ou d’autres
considérations éthiques. Demain, nous passerons aux armes biologiques et chimiques. Ces organismes ont beau être coriaces, nous finiront bien par identifier leur point faible.

HIP 16824, A 2 F
73.87 / 61.87
Jack Corban

Logs - Taylor Keep
Je dois avouer que j’avais mes doutes sur ce commandant Jameson. J’ai vérifié ces antécédents, il a apparemment gravi les échelons du Cercle des pilotes à une vitesse foudroyante. Il est d’ailleurs
révéré par ses pairs. Bien sûr, tout cela ne suffisait pas pour autant qu’il serait parfait pour la mission. Mais soudain, j’ai eu une révélation. Tout ce qu’il nous faut, c’est quelqu’un capable de larguer le chargement au bon endroit. Le gros du travail, le développement du mycoide, a été réalisé en amont. Jameson n’aura qu’à appuyer sur un bouton. L’important, c’est d’exploiter l’angle « sauveur de l’humanité » au maximum. Il doit avoir l’impression de jouer les héros. Ça l’obnubilera assez pour qu’il évite de poser des questions qui fâchent. Sans oublier que, dans le pire des cas, nous pourrons toujours rejeter la faute sur lui.
Suite à la réception du chargement venu du système l’Alnath, nous avons configuré plusieurs missiles à moyenne portée. Ils sont armés de la version à usage militaire du mycoide. Jameson arrive dans trois jours pour se préparer à la mission, ce qui devrait nous donner plus de temps qu’il n’en faut pour s’occuper de son vaisseau. Parce qu’il a apparemment insisté pour utiliser son propre appareil. J’ai donc donné l’ordre de lui réserver quelques modifications de mon cru. Bien sûr, il va devoir s’approcher au plus près pour ouvrir le feu, il y a donc peu de chances qu’il s’en
sorte. Mais au cas où il survivrait, je préfère prendre mes précautions.
Bienvenue, commandant Jameson. Votre réputation n’est plus à faire, et nous sommes extrêmement
honorés que vous ay
ez accepté cette mission.
Vous avez bien sûr conscience de l’objectif de cette opération, mais permettez-moi de souligner à nouveau son importance capitale. Votre réussite pourrait tout simplement précipiter la fin de la
guerre contre les Thargoids. Le chargement a été placé à bord de votre vaisseau. Vous noterez d’ailleurs que nous avons doté votre appareil de certaines modifications mineures. Elles ne devraient en aucun cas impacter ni ses performances ni ses fonctionnalités. Cette mission est incroyablement dangereuse. Vous allez vous enfoncer en territoire hostile. Et vous ne pourrez compter que sur vous-même en cas de problème.
Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne chance, commandant. L’avenir de l’humanité est entre vos mains. Tous nos espoirs et nos prières vous accompagnent

 

12 Trianguli, 1 A
-51.57 / 130.673.87 / 61.87

Logs - Cobra de Jameson
Un vieux modèle de Cobra a également été découvert dans le même système, HIP 12099, planète 1B, aux coordonnées -54.36 / -50.36.
Coucou, ma puce. Je sais bien que je t’avais dit que j’allais vite rentrer à la maison, mais ils m’ont demandé de leur rendre service, une mission importante, et je n’ai pas pu les envoyer promener. Je suis vraiment désolé. Crois-moi, je préférerais être à tes côtés, mais il faut savoir parfois faire des sacrifices. Comme aujourd’hui. Je ne sais pas si tu es en mesure de me comprendre. Ça viendra peut-être dans quelques années. Enfin, je voulais que ce journal te parvienne. Ça ne me remplacera pas, je le sais bien, mais c’est ce que j’ai de mieux à te proposer. Je ne suis pas vraiment censé discuter de la mission, mais vu que je vais rater ton anniversaire, le moins que je puisse faire, c’est de t’offrir une belle histoire. Par contre, il faut me promettre de garder le secret, tu veux bien ?
Je suis dans le cockpit, à at tendre le feu vert. Ils ont voulu bidouiller mon appareil, heureusement sans lui faire grand mal à première vue. Tous les systèmes sont opérationnels. J’ai l’air paré. Je dois t’avouer que je suis un peu nerveux. J’ai déjà affronté certaines de ces bestioles, bien sûr, mais jamais plus d’une à la fois. Alors, m’envoler pour l’un de leurs vaisseau-ruches ? On n’est plus
vraiment dans le même registre.
Bon sang, je ne sais même pas ce que je transporte. Top secret, à ce qu’il paraît. Apparemment, ça devrait cibler leur réacteur. Du coup, les frelons seront incapables de quitter leur système.
Presque trop facile, tout ça. J’ai infiltré leur périmètre en masquant ma signature thermique, et je me suis approché de la superstructure. Je n’avais jamais vu un vaisseau-ruche d’aussi près. Et franchement, je ne suis pas sûr que beaucoup d’humains aient eu cette chance. C’est incroyable, ma puce. Merveilleux même. On se rend mieux compte de leur intelligence, de leur développement incroyable. Je t’avoue que j’ai eu un moment d’hésitation avant d’appuyer sur la gâchette. Il a fallu que je me répète que ce n’était pas eux qui allaient morfler, mais leur technologie. Enfin… si ce virus mycoide est réellement efficace.
J’ai regardé le missile frapper le vaisseau, histoire de m’assurer que je n’avais pas loupé ma cible. Et ensuite, j’ai pris la poudre d’escampette.
J’arrive, ma puce.
C’était censé s’attaquer aux réacteurs. Uniquement aux réacteurs, qu’on m’avait seriné. Comme ça, on serait à l’abri. Et on pourrait mener nos existences sans peur de les voir débarquer. Ouais, eh bien,il n’y a pas que les réacteurs qui ont été touchés. Le missile était bourré de capteurs, histoire que je puisse vérifier que tout s’était passé comme prévu et qu’il s’était activé correctement. Je découvre ces données en ce moment même. C’est une arme diabolique. Ils avaient parfaitement conscience du résultat, et ça ne les a pas empêchés de lancer l’opération. Combien sont morts, au juste ? Des milliers ? Des millions ?
Je me retrouve dans une situation délicate, ma puce. J’imagine qu’ils ont installé un programme dans le vaisseau, une saleté destinée à se déclencher après le largage. Résultat, tous les systèmes sont HS, je ne peux même pas accéder à la nacelle d’évacuation. Et le vaisseau fonce droit à sa perte. En d’autres mots, je suis complètement impuissant. « On a besoin d’inspecter votre vaisseau, commandant. »
Mais comment est-ce que j’ai pu être aussi aveugle ?! C’est en partie de ma faute. L’âge, l’imprudence… Oui, j’aurais dû tout plaquer il y a déjà des années. J’aurais dû me douter qu’ils ne voudraient pas me voir revenir. Les bestioles représentent une véritable menace, pas de doute, mais là, on parle d’extermination de masse, de génocide même !
Facile de comprendre pourquoi ils préfèrent passer tout ça sous silence. Certains ne seraient jamais prêts à admettre qu’ils ont tué d’innombrables être doués d’intelligence. Les gars de la base ont peut-être même cru me rendre service en me condamnant à disparaître dans les ténèbres de l’espace. Personnellement, je préférerais que la vérité éclate, et tant pis si elle ne m’est pas flatteuse.
Il ne me reste pas beaucoup de temps, une planète grossit à toute vitesse sur mon détecteur. On continuera à parler de moi des années après ma disparition. Les missions que j’ai accomplies, mes
réussites. Mais il y a une chose que tu ne dois jamais oublier, ma puce. En dépit de tout ce qu’on pourra dire, des couronnes de laurier qu’ils me tisseront, de l’épitaphe qu’ils graveront sur ma
tombe…
Mon plus bel exploit, ma plus grande réussite, c’est toi

Retour au sommaire

Objets, Vaisseaux et Structures Thargoids

Capteurs

Anciennement appelés Artefacts Inconnus, ces Capteurs Thargoids sont généralement trouvés près de sites de crashs d’Intercepteurs. Extrêmement corrosifs, ils doivent être transportés dans des soutes anti-corrosions, sans quoi des dégâts s’appliqueront aux vaisseaux transporteurs. Lorsque largués dans l’espace, ils scanneront les vaisseaux et stations sur 1km, pointeront lentement vers le système Merope et émettront un signal en morse distordu.

Le premier Capteur a été découvert en mai 3301 (2015) dans un vaisseau cargo en transit, hautement protégé par de nombreux vaisseaux de la Fédération

 

Sondes

Les Sondes, corrosives également, jouent un rôle important dans la compréhension des objets Thargoids et permet d’ouvrir les Structures. En effet, lorsque scannées à l’aide d’un Scanner de Découverte, elles émettent une puissante vague d’énergie qui désactivera partiellement votre vaisseau. Vous pourrez principalement en trouver autour de planètes ammoniaques en très basse orbite, ou dans des signaux nons humains.

Un son sera joué et celui-ci pourra être traduit à l’aide d’un spectrogramme pour en trouver une image intéressante. D’ailleurs, le son contient des informations en Morse à propos de la température, gravité, diamètre, composition atmosphérique et distance par rapport à Col 70 Sector FY-N C21-3 : Merope 5 C. En effet, si la Sonde est proche de cette planète, elle s’aligne avec elle, pointant dans la direction d’émission. le système de référence sur Col 70 Sector est actuellement interdit d’accès, bloqué par un permis.

 

Liens

Trouvés uniquement à l’intérieur des Structures Thargoids, les Liens Thargoids sont utilisés pour localiser de nouvelles Structures.

Leurs spécificités :

  • Ils répondent aux Capteurs et Sondes, mais sans grande importance
  • Ils transmettent un message face à leur parabole qui peut être analysé, lorsque vous jouez un des deux/trois messages reçus par le Dispositif. Nous discuterons du décryptage dans le dernier chapitre.
  • Ils pointent vers une Structure Thargoid si elles sont actuellement dans le même système que le lien.

 

Barnacles

Il s’agit d’une forme de vie Thargoid, oui, ces Barnacles sont des entités vivantes. Ils émettent des sons que nous ne comprenons pas encore.

Les Intercepteurs viennent s’y approvisionner de temps à autre en extrayant des matériaux de leurs centres… ou bien communiquent-ils avec eux ? Peut-être échangent-ils des choses ? Il s’agirait là d’un outil d’extraction, mais je pense personnellement qu’il s’agit de très très jeune Thargoids Intercepteurs se nourissant de matériaux de la planète avant de prendre leur envol. Les parois, le « bec », la marque Thargoid, la lumière verte, …

De nombreux matériaux peuvent être trouvés sur ces sites, et même les fameux Méta-Alliages que nous savons désormais synthétiser sur Maia – Darnielle’s Progress. Ces derniers sont extrêmement efficaces & robuste pour réparer les dommages causés par les objets Thargoids tout en luttant efficacement contre la corrosion et la chaleur. Nous avons pu en créer diverses technologies, dont des cargos anti-corrosions.

 

Structures et Dispositif

C’est ici que l’on peut trouver des Liens ainsi que le très important Dispositif Thargoid visible sur les images 2 et 3. Il y en a actuellement 230 répertoriées sur Google Sheets. Si vous possédez une Sonde et/ou un Capteur, vous pourrez entrer et y visiter les intérieurs. Des Charognards y vadrouillent. Une salle de Liens et un Dispositif central y prennent place.

Déposez un Capteur, une Sonde et un Lien comme demandé par le dispositif central sur les plaques au sol afin de l’allumer. Scannez le afin de l’activer puis admirez le résultat ! Un son est également audible et peut être traduit via un spectrogramme, encore une fois. Il s’agit d’une carte mettant en avant le système Merope à gauche et un autre système inconnu à droite, les trois objets Thargoids, 1 2 3 en morse, …. Le sens de cette image est encore inconnu.

Des explorateurs ont détectés des Postes d’Écoutes qui, après triangulation des données reçues, annonçaient un scan étrange à propos d’une grande structure en surface. Mais les faits les plus marquants proviennent des Mégaships Pandora et Victoria’s Song récemment découverts. Ces derniers étaient en mission scientifique lorsqu’ils ont détecté une grande structure sur la surface d’une planète… en s’approchant, il apparaît que des vaisseaux de sécurité ont ouvert le feu sur eux et ont tué l’équipage. Il s’agit donc d’assassinats afin de cacher ces découvertes aux yeux de tous. Les données stockées dans ces deux Mégaships ont, après analyses, donné un nom de système et une planète : les scientifiques pilotes se sont donc rendus sur place et ont découvert ces gigantesques structures aliens.

  • Pandora – HIP 21478, approchez-vous de la première planète pour trouver le Mégaship ;
  • Victoria’s Song – HIP 17125, approchez-vous de la cinquième planète pour trouver le Mégaship.

Sur place, les recherches sont menées par des centaines de scientifiques de la communauté galactique. Vous savez déjà comment intéragir avec ces sites grâce à notre Guide de Fonctionnement de Structures Thargoids. Nous y aperçevons des Charognards, sortes de petits drones rougeâtres déplaçant des débris, des pics de Méta-Alliages, d’étranges œufs au sol et sur les murs de certains tunnels, de petits fumeroles, des sortes de boîtes vertes contenant des éléments Thargoids un peu comme notre système de transport de marchandises ainsi que des systèmes de communications dont le nombre varie selon les sites.

Trois types de données ont pu être recueillies :

  • Matérielles – Molécules ammoniaques, informations génétiques & ADN (oligomères), chaînes moléculaires de carbone, céramiques, structures complexes et méta-alliages ;
  • Résiduelles – Traces d’ammoniaque, pression faible, fragments de céramiques, structures organiques inconnues et ADN complexe ;
  • Structurelles – Tissus organiques, multicouches d’armures, écailles irrégulières, cristal en oligomère (ADN), structure organique à 80%, corrosions et fractures détectées.

Après avoir réalisé les manipulations requises dans la structure et activé le Dispositif Inconnu (UD), au centre de la chambre principale, trois messages sont envoyés aux joueurs (deux si Structure brouillée car les Thargoids ont compris que nous hackions leurs systèmes). Ces derniers contiennent un échantillon audio ainsi que des informations textuelles menant vers d’autres Structures Inconnues. À partir d’ici, à vous les analyses du dernier chapitre !

Ajouter un objet Gardien rend la réaction du Dispositif très violente.

 

Charognards

Ces sortes de drones Thargoids sont très occupés et ne font pas attention à nous. Ils riposteront cependant si attaqués, à l’aide de jet caustique ou du attaque ressemblant à un broyeur en mêlée sur nos SRV. Nous pensons qu’ils prennent soin d »‘œufs » et réparent les lieux qui semblent grandement abîmés.

 

Maraudeurs

À l’heure actuelle, il s’agit de la seule classe d’Éclaireurs que nous avons rencontré. Vous pouvez en trouver dans des signaux non-humains ayant un niveau de menace entre 4 et 8. Selon le niveau, ils seront entre 3 et 12, et parfois accompagnés d’un Intercepteur.

Les Éclaireurs sont plus petits et plus agiles que le Intercepteurs. Leurs capacités offensives sont assez limitées. Leur arme principale, une arme à énergie tirant rapidement, est faible même si une partie des dégâts traverse le bouclier. Un vaisseau un tant soit peu résistant encaissera sans problème plusieurs salves. Ils ont également quelques missiles caustiques, soyez vigilants.

Mais surtout, ils ne disposent d’aucune faculté de régénération et sont vulnérables aux armes classiques. Munissez vous d’armes précises ayant des projectiles rapides si possible cinétiques, et ensuite c’est comme aller combattre un Eagle boosté aux hormones.

Cyclops

Premiers vaisseaux Thargoids rencontrés, ces intercepteurs sont les plus faibles des trois. Rencontrés dans des signaux non-humains de menace 5 ou 6, ils sont de base non-hostiles mais attaqueront s’ils se sentent provoqués (scans à répétitions, trop proche …), si vous transportez des objets Thargoids ou bien sûr si vous les attaquez.

Ils disposent de quatre cœurs, 20% de coque chacun et d’un essaim de 32 Thargons.

 

Basilisks

Rencontrés dans des signaux non-humains de menace 7, ils sont de base non-hostiles mais attaqueront s’ils se sentent provoqués (scans à répétitions, trop proche …), si vous transportez des objets Thargoids ou bien sûr si vous les attaquez. Les Basilisks sont néanmoins plus facilement provoqués que les Cyclops. Ils ont une coloration plus sombre que ces derniers ainsi que de des marques rouges. À l’heure actuelle, nous croyons que ce sont des Cyclops plus vieux et vétérans du combat.

Leurs capacités offensives et défensives sont significativement plus grandes que les Cyclops. Ils ont cinq cœurs, 16% de coque chacun et leurs essaims sont deux fois plus gros : 64 Thargons. Le Basilisk a également une autre arme : une sorte de canon électrique très performant qui ciblera en priorité le générateur et la verrière du cockpit. Enfin, il y a une difficulté supplémentaire : si vous ne détruisez pas un cœur en moins de sept minutes, le Thargoid déploiera un nouvel essaim.

 

Medusas

Rencontrés dans des signaux non-humains de menace 8, ils seront la plupart du temps immédiatement hostiles ou sinon, très facilement provoqués. Ils sont extrêmement puissants et à l’origine des attaques de stations.Ils ne reprennent pas le « style » des deux classes précédentes, mais ressemblent plus aux bases Thargoids en surface, que l’on soupçonne d’être des vaisseaux mères écrasés.

Ils disposent de six cœurs, 13% de coque chacun et d’essaims monstrueux : 96 Thargons. Ils sont encore plus puissants et résistants que les Basilisk et ont aussi le canon électrique de ces derniers. En plus de devoir, comme pour les Basilisks, détruire les cœurs en moins de 7 minutes, les cœurs du Medusa tournent légèrement sur eux-mêmes, ce qui les rends plus difficiles à toucher.

 

Thargons

Ils sont contenus dans les Intercepteurs Cyclops, Basilisks et Medusas et volent en essaims. Inoffensifs isolés, ils s’avèrent particulièrement redoutable en groupe si vous n’y faites pas attention rapidement.

Leurs tirs groupés caustiques infligent des dégâts respectables et ils peuvent même se transformer en missile afin de vous infliger de très lourds dégâts. À très courte portée, ils peuvent aussi vous infliger quelques dommages par les mêmes éclairs jaunes que les Intercepteurs.

 

Les vaisseaux Thargoids sur place ne sont pas belliqueux, ils s’approchent de nous à notre arrivée avec un signal lumineux vert, quelques bruits bien à eux ainsi que des enchaînements de chiffres qu’ils nous envoient en bas à gauche de notre scanner. Ces vaisseaux « Intercepteurs » arborent également certains logos sur le devant, on remarque qu’il en existe de nombreux différents. On discute de ces deux points un peu plus bas.

Si on sort les armes, l’alien en fera autant et sortira également ses drones Thargons. Si vous vous approchez trop près des débris, son signal lumineux deviendra rouge et vous aurez alors une quinzaine de secondes pour reculer afin de le laisser analyser les carcasses de vaisseaux et récupérer certaines commodités grâce à un rayon tracteur. Si vous obtempérez, son signal lumineux repassera vert et il retournera à ses occupations… sinon, bon courage pour le combat avec ces xénomorphes. L’alien tend à récupérer certains items les Boîtes Noires, Sondes/Capteurs Thargoids, les Capsules de Sauvetage ainsi que les Méta-Alliages. Les commodités des Gardiens sont immédiatement scannées et détruites.

Ces Intercepteurs Thargoids disposent d’une unique arme à rafales mais peut également déployer une flottille de Thargons, des drones offensifs. Des missiles très puissants ont également été reportés, un pourcentage des dégâts passent au travers de nos boucliers. Leurs armes à tous deux infligent des dégâts aux effets diverses. Bien qu’un vaisseau humain légèrement protégé ne fera pas long feu sous leurs tirs combinés nourris, un vaisseau de combat résistera parfaitement aux assauts des aliens qui effectueront de nombreuses manœuvres étranges grâce à leurs propulseurs. La plus connue à l’heure actuelle reste l’assaut frontal puis un glissement au dessus de vous tout en continuant l’assaut. N’essayez pas de tirer vos missiles, ils rebondiront sur eux.

Les Intercepteurs possèdent ces capacités.

  • Un bouclier – Très résistant à tous types d’armes, il faudra une imposante puissance de feu pour faire tomber ces boucliers verts extra-terrestres.
  • Une coque régénérative – Cette dernière se régénère extrêmement vite si des cœurs sont actifs. Une fois un cœur de régénération détruit, un bouclier s’activera tout en régénérant la coque. // Vidéo
  • Des cœurs – Agissants comme des Cellules de boucliers, ils régénèrent la coque de l’intercepteur, il faut donc les détruire dans l’ordre d’utilisation du vaisseau pour baisser de façon permanente la vie du vaisseau.
  • Des Thargons – Ces drones volent en essaim et agit avec le vaisseau-mère, tout comme nos chasseurs. Ils disposent chacun d’une arme du genre multi-plasma vert et peuvent se lancer sur nos vaisseaux comme des missiles afin de s’autodétruire et nous infliger des dégâts.
  • L’arme à rafales – L’intercepteur dispose d’une arme au dessus de son cockpit tirant trois munitions rouges et infligeant des effets corrosifs.
  • Les missiles caustiques – De gros missiles verts que personne ne souhaite recevoir, ils sont insensibles à nos charges électromagnétiques. // Vidéo
  • La pulsation IEM – L’intercepteur va se charger, devenir vert éclatant puis relâcher une grande impulsion IEM désactivant nos vaisseaux. Pendant ce temps là si vous avez subit la décharge, les Thargons vous feront de larges dégâts et vous vous prendez les tirs à rafales et missiles. // Vidéo
  • L’éclair courte portée – Un large éclair jaune se déclenche entre 200 et 700 mètres et inflige de très lourds dégâts à vos boucliers, votre coque tout en ayant une chance de désactiver vos propulseurs deux fois à cause de la surcharge. // Vidéo

Retour au sommaire

Gardiens et Thargoids

 

Ces deux très anciennes espèces intelligentes se sont battues il y a très longtemps, bien avant les premiers balbutiements de l’espèce humaine. Les Thargoids ont semé un certain nombre de planètes avec des Barnacles, dans ce qui est finalement devenu l’espace du Gardien, il y a des millions d’années. Comme nous le savons, les Barnacles Thargoids sont conçus pour extraire des ressources d’une planète et les transformer en méta-alliages – un ingrédient essentiel dans la création de vaisseaux et technologies Thargoids. Les Gardiens ont supposé que pour les Thargoids, ensemencer une planète avec des Barnacles est un processus important dans la préparation d’une zone d’occupation. Ils avaient sûrement raison.

Plusieurs milliers d’années après qu’ils aient semé des planètes dans l’espace des Gardiens avec des Barnacles, les Thargoids sont revenus. Bien sûr, ils ont découvert que les planètes qu’ils avaient ensemencées étaient maintenant occupées par les Gardiens ! Les Thargoids ont immédiatement lancé un assaut, ne faisant aucun effort pour communiquer avec les Gardiens, ce qui correspond au comportement des Thargoids dans l’espace humain.

À un certain moment après le début de la guerre avec les Thargoids, les Gardiens ont été forcés de faire une retraite partielle. Il semble qu’ils essayaient toujours de communiquer avec les Thargoids, et étaient réticents à prendre les armes contre eux. Finalement, ils ont réussi à développer une compréhension suffisante de la langue Thargoids afin de pouvoir communiquer, mais cela a fait peu de bien aux Gardiens. Les Thargoids étaient déterminés à continuer les hostilités, et les Gardiens furent forcés d’employer des méthodes plus agressives pour contrer la menace.

Au début, ils ont déployé des troupes au sol, mais lorsque cela s’est avéré inefficace, ils ont commencé à utiliser des drones – des machines autonomes qui ne craignaient pas la fatigue ou l’incertitude. Ces machines de guerre devinrent très sophistiquées en un temps relativement court et furent bientôt capables d’identifier et de cibler tout ce qui utilisait l’ingénierie Thargoid. Encore plus remarquable, la technologie biomécanique des Thargoids a été conçue pour reconnaître tout ce qui est d’origine Guardian. Cela explique pourquoi, des millions d’années après le conflit, les appareils Thargoids réagissent encore agressivement à la présence de la technologie Guardian.

Il semble que les Thargoids soient entrés dans l’espace des Gardiens sans préparation pour une campagne militaire prolongée, et après avoir été confrontés à un assaut incessant des machines de guerre des Gardiens, ils ont été contraints de battre en retraite. Le journal mentionne également que le développement des machines de guerre des Gardiens a créé un schisme dans leur société, ce qui a peut-être semé la guerre civile qui s’est produite plus tard dans leur histoire.

Les Thargoids détruisent sur-le-champ toute technologie des Gardiens. Si nous en possédons à bord, c’est notre vaisseau qu’ils détruiront. Apprenez-en plus sur l’Histoire des Gardiens.

 

Retour au sommaire

Octal, Morse, les codes Thargoids

Mystérieux, les Thargoids utilisent de nombreux langages dont certains sont utilisés par la civilisation humaine comme le Morse, le Binaine (l’Octal).

Lorsque nous ciblons les Thargoids, des messages de très courte durées s’enchaînent dans notre scanner. Il s’agit d’un code en octal, un système souvent utilisé par ces aliens lorsqu’ils tentent de communiquer avec nous. Certains messages cachés ont dû être décortiqués en jouant avec les filtres de couleurs comme ci-dessous.

Au final, le code a été craqué, voici ce qu’il nous indique. Cela pourrait être un clin d’œil au guide de Elite (1985) sur Commodore, nous obtenons quelques variantes de « Hull Stress Factor Uncertain – Facteur de Contrainte de la Coque Incertain ». On apprend également que la communauté galactique pourrait travailler sur un système similaire de drones d’attaque… mais serait-ce déjà nos chasseurs ?

Extrait du Guide Elite 1985

THARGOID INVASION SHIPS

Though most of the Thargoid Space Fleet is currently engaged by the Galactic Navy in Intergalactic Space, a few of the smaller battle shipsmake occasional sorties into Human Space. These ships are extremely fast for their size and invariably have ECM Systems (this was originally a Thargoid invention to counter Navy missiles, subsequently copied by the Navy from captured Thargoid ships).

Additionally, most Thargoid battle ships carry a few small remote-controlled ships, each equipped with a single pulse laser. It is rumoured that the Galactic Navy are designing their own remote-controlled fighter, and will pay well for Thargoid ones to study.

DIMENSIONS
180/40/180 ft

ARMAMENTS
Widely varying.
Mountings available for most systems

MAXIMUM VELOCITY
0.20 LM

IN-SERVICE DATE
Uncertain

MANOEUVRABILITY
CF6

CREW NUMBER
150

DRIVE MOTORS
Thargoid invention

HULL STRESS FACTOR
Uncertain

HYPERSPACE CAPABILITY
Yes

Les Intercepteurs Thargoids arborent aussi des Marques sur leurs corps/vaisseaux.

Elles diffèrent selon la « classe » de l’Intercepteur ainsi que d’autres facteurs non-connus peut être un rang social, un rôle ou encore un âge. Les Médusas sont anciens, de vétérans combattants alors que les Cyclops sont bien plus jeunes. Nous ne savons pas encore exactement ce que signifient ces marques.

 

Eagle Eye, ou l’Œil de Lynx en français, est le nom donné à de multiples nouvelles installations produites par AEGIS, leader dans la recherche et défense contre les Thargoids. Après s’être fait détruire leurs laboratoires sur de nombreuses stations depuis quelques semaines, une opération de contre-espionnage a été mise en place afin de pouvoir déterminer les systèmes pris d’assaut par les Thargoids : Œil de Lynx. Vous retrouverez ces installations de 1 à 6 sur :

  • Eagle Eye 1 : HIP 17692 → HIP 16440 1E
    • Huveang De (Sous attaque)
    • Nauni (Attaqué)
    • Bhal (Attaqué)
  • Eagle Eye 2 : HR 1185 → HIP 17837 A 4 B
    • Pleiades Sector WE-Q b5-2 (Thargoid Structure)
    • 49 Arietis (Attaqué)
    • 64 Arietis (Attaqué)
  • Eagle Eye 3 : HIP 17225 a 5 → PLEIADES SECTOR HH-V C2-6
    • Pleiades Sector JC-V c2-9 (Thargoid Structure)
    • Pleiades Sector JC-V d2-62 (Attaqué)
    • Pleiades Sector HR-W d1-57 (Attaqué)
  • Eagle Eye 4 : HIP 17892 1 a → PLEIADES SECTOR IR-W d1-76
    • Aries Dark Region DB-X d1-64 (Thargoid Structure)
    • HIP 17892 (Attaqué)
    • Pleiades Sector IH-V c2-7 (Attaqué)
  • Eagle Eye 5 : Pleiades Sector KC-V c2-4 → PLEIADES SECTOR OD-S B4-1
    • Pleiades Sector JM-W d1-52 (Thargoid Structure)
    • Hyades Sector AB-W b2-2 (Attaqué)
    • 42 n Persei (Attaqué)
  • Eagle Eye 6 : Pleiades Sector IR-W D1-55 → Pleiades Sector IR-W D1-55
    • Pleiades Sector WE-Q b5-2 (Thargoid Structure)
    • Pleiades Sector HR-W d1-41 (Attaqué)
    • Pleiades Sector KC-V c2-11 (Attaqué)

Aden Tanner, responsable des relations militaires d’Aegis le dira mieux que moi :

« Cette nouvelle initiative, baptisée Œil de lynx, a pour objectif la surveillance étroite des systèmes connus pour abriter des sites de surface xénomorphes. Nous avons déployé six installations de contrôle orbitales dans les Pléiades. Elles enregistreront les variations de niveaux d’énergie et traqueront les déplacements des appareils ennemis. Chacune d’entre elles est reliée à une balise de communication qui a pour tâche de collecter les données et de nous les transmettre à des fins d’analyse. »

Ces installations contiennent un satellite transmettant des données codées en code CESAR. Avec la bonne clé, nous pouvons donc décoder ce message et en obtenir son contenu : le satellite donne le nom d’un système et ses détails visant une Structure Thargoids. C’est donc clair, AEGIS espionne les Structures Thargoids afin d’en obtenir des informations. Mais à quelles fins ?

Et bien ils ont compris que les Structures Thargoids sont toujours belles et biens actives. Elles communiquent entre elles et permettent aux forces Thargoids de s’orienter vers une destination données par des dirigeants (Des reines Thargoids ?). Par exemple, la Structure Thargoid système HIP 16440 donne trois messages. Destinations : Nos stations humaines attaquées récemment sur les systèmes Nauni (message #2) et Bhal (message #3). Si nous espionnons avec assiduité ces Structures Thargoids et leur Dispositif émetteur, il nous serait possible de déterminer les coordonnées de leur prochaine attaque… et leur faire façe. Huveang De (message #1) est aussi pointé par le Lien, mais ce système contenant une planète ammoniaque n’a pas été attaqué.

 

Les Thargoids communiquent avec nous, sur une base 8, de 0 à 7. Nous le savons grâce au message laisé par les Sondes Inconnues lorsqu’on active notre scanner à proximité : ils nous désactivent et un son est entendu qui peut être traduit à l’aide d’une image en une sorte de carte.

— 000 = 0
–| 001 = 1
-|- 010 = 2
-|| 011 = 3
|– 100 = 4
|-| 101 = 5
||- 110 = 6
||| 111 = 7

À gauche, système Mérope : numéro 1. Plus on est proche de Mérope, plus le numéro se rapproche de 1. Quand on s’en éloigne il devient plus petit ou plus grand que 1.

En prenant trois systèmes aléatoires et leurs coordonnées X Y Z dans la carte de la galaxie, on peut obtenir leurs valeurs. Ces dernières s’obtiennent via EDSM et la valeur s’obtient via le théorème de Pythagore afin de calculer la distance d’un système par rapport à deux autres distances. Vous avez l’équation à 4 inconnues ici, si vous aimez les maths.

Merope 5C -78.59 -149.63 -340.53 1.000
Synuefe KI-Z B33-0 74.53 -149.38 -339.97 0.850
COL 285 Sector LS-A B14-1 -78.66 -150.59 -49.25 1.177
Wredguia FN-Q B33-1 -78.00 175.81 -341.13 1.149

Puis en triangulant ces valeurs, on obtient les coordonnées suivantes : 687.07, -362.18, -697.24. Le système le plus proche de ces coordonnées est Col 70 Sector FY-N C21-3 : le système de droite. On peut vérifier en utilisant un grand nombre de système et leurs coordonnées / valeurs, on obtiendra toujours le système découvert au dessus.

 

 

 

 

 

 

 

 

Maintenant pour la marche à suivre concernant les destinations des Liens. Notez que les Thargoids brouillent désormais leurs Dispositifs, nous obtenons donc deux messages au lieu de trois et nous retrouvons dans l’impossibilité de déduire la réelle destination de l’attaque.

  1. Rendez-vous sur un système où une installation Œil de Lynx est présente ;
  2. Scannez leur satellite transmetteur et attendez qu’il se déclenche, toutes les heures précisément. heure ronde pour OL 1, heure +10m pour OL 2, heure +20m pour OL 3… ;
  3. Notez, sans vous tromper, tous les chiffres et lettes que le satellite communique et copiez-les dans un bloc note ;
    1. Si on prend la vidéo ci-dessus comme exemple, nous obtenons : 2081187159419 PGAUNG TJKFKEKUP PSIJTE RGQGAQGR DSL16440 1G SJVGPQSITQG UNIGJQ
      1. 20 8 1 18 7 15 9 4 19 // nombres pour aller jusqu’aux lettres de l’alphabet = T H A R G O I D S. Ceci est la clé, l’alphabet utilisé. THARGOIDS est le ABCDEFGHI à utiliser dans l’alphabet clé. On prend les lettres de l’alphabet en commençant par THARGOIDS et on enlève dans l’ordre les lettres déjà utilisées pour obtenir l’alphabet en gras : THARGOIDSBCEFJKLMNPQUVWXYZ
      2. PGAUNG // SECURE
      3. TJKFKEKUP // ANOMOLOUS
      4. PSIJTE // SIGNAL
      5. RGQGAQGR // DETECTED
      6. DSL16440 // HIP16440
      7. 1G // 1E
      8. SJVGPQSITQG // INVESTIGATE
      9. UNIGJQ // URGENT
  4. Nous obtenons donc des informations et un système… sur lequel se trouve une Structure Thargoid. C’est l’objet de l’espionnage. (site préféré de décryptage pour ce code)
  5. On s’y rend donc sans oublier son capteur + Sonde Thargoids, on récupère un lien, on prépare le dispositif, on scanne le tout et on obtient comme toujours trois messages audio.
  6. On récupère ses commodités Thargoids, dont le très important Lien, puis commence l’analyse audio des messages reçus. Ces derniers sont des successions de sons High et Low (H & L) qui se transcrivent en binaires pour 0 et 1. Rendez-vous n’importe où dans l’espace, sortez le Lien puis mettez vous au plus près de l’antenne du lien, au centre. Ne bougez plus puis jouez les messages 1, 2 et 3 et surtout enregistrez les. On peut utiliser un spectrogramme pour analyser les son émis mais je préfère le faire à l’oreille en ralentissant de 50% la piste et en ignorant les tuctuc avant chaque série de trois h/l. Exemple en analysant le message 2, à partir de HIP 16440 :
    1. hlh lll / hhl lhh lhh
    2. lhh lhl/ hll lll hlh
    3. lhh hhl lll / hll lll hlh
  7. On passe ça à l’outil scripté couplé à EDSM créé par la communauté afin de nous éviter les casses-têtes de mathématiques : JubJubNest, qui nous indique Nauni
  8. Nous voici donc menés jusqu’à un système destination. Ici, arrêtez-vous dans l’espace puis sortez le Lien et jouez une piste audio. Le Lien pointera vers sa destination. Actuellement, les trois messages audio pointent vers des systèmes humains dont deux ont été attaqué.
  9. Répétez l’opération plusieurs fois en vous rapprochant de la destination lorsque vous êtes sur le système
  10. Vous arriverez face à l’objet pointé en question. Bien joué !

En analysant chacun des trois messages obtenus via le Dispositif de la Structure Thargoid sur HIP 16440, nous obtenons trois systèmes dont deux ont été attaqués : Bhal ainsi que Nauni qui m’a servi ici d’illustration.. D’autres Structures Thargoids pointent toutes vers des systèmes/stations déjà attaquées par les Thargoids, mais le message #2 de HIP 16440 pointe vers Huveang De : un système non attaqué… pour le moment ? Venons-nous de prédire la prochaine attaque Thargoid ? Dans tous les cas, de premiers petits signaux de Thargoids comment à y être détectés.

Vous pourrez retrouver le Live que j’ai réalisé afin de démontrer toute cette théorie sur le lien Twitch suivant : Expérience Eagle Eye

Les Liens pointant vers des stations visent en réalité un transmetteur situé à environ 1Mm des stations. Ces transmetteurs émettent le message suivant : ANOMALOUS SIGNALS DETECTED IN SYSTEM

 

Prenons un deuxième exemple, avec les expérimentations de la semaine #2 Œil de Lynx :

Pour cette semaine, je me suis rendu sur le système PLEIADES SECTOR JC-V C2-9 | 1a | -13.31 // -15.31. Ici, on y trouve une Structure Thargoid pointée par Eagle Eye One. Après activation de la Structure, trois messages sont reçus par notre SRV comme habituellement. Je me suis donc rendu dans l’espace, bien en face d’un lien, puis j’ai lancé les trois pistes audio afin d’en écouter le code binaire en Octal. Après plusieurs écoutes et décodages, j’en ai déduit trois destinations :

  • 12 Trianguli // Inra
    hlh hhh lhl / lll llh lhh
    lhh hlh lhl / hhl lll lhl hhh
    hlh hhl lll hll / hhl lll lhl hhh
  • HIP 12099 // Cobra de Jameson
    llh lhl / hll lll hlh
    hll hll hhl / hhl lll lhl hhh
    hhl hhh llh lll / lll llh lhh
  • Mentor // planète ammoniaque
    hlh lhl hll / lll llh lhh
    lhl lhl hhl / hhl lll lhl hhh
    lhh lhh hhl / hll lll hlh

Là où ça devient étrange c’est que jusqu’ici nous avons toujours obtenu ce type d’informations sur trois messages : 1 structure thargoid relais + 2 destinations ciblées, généralement des systèmes humains attaqués. Avec cette nouvelle semaine nous avons obtenus, avec l’exemple d’Eagle Eye One : 1 site de l’INRA là où Jameson a décollé + crash du Cobra de Jameson + 1 système comportant un monde ammoniaque.

Les Thargoids se souviennent donc de ces emplacements. John Jameson est le pilote qui s’est fait piégé par l’INRA afin de lui faire croire qu’il serait un héros en lançant le missile Mycoid vers les Thargoids. Ce missile, selon l’INRA, devait uniquement désactiver les moteurs des Thargoids afin de remporter la victoire contre eux… mais ce missile faisait en fait beaucoup plus : il ronge les mélanges bio-mécaniques des Thargoids et en plus de détruire les vaisseaux, il a annihilé tous les Thargoids environnants, diffusant la maladie entre tous les membres de leur espèce, un véritable Xenocide. Les Thargoids, ici, pointent directement du doigt : INRA, Xenocide, Li Yong-Rui… Mentor quant à lui est directement en plein cœur des systèmes de Zachary Hudson, à 90 AL de Sol.

Vous pourrez retrouver le Cobra de Jameson sur la planète 1B de HIP 12099, -54.3 // -50.3. La base de l’INRA est située sur la planète A1 de 12 Trianguli, -51.57 // 130.66.

Retour au sommaire

 

N’hésitez pas à partager cet article avec vos amis, et à discuter du contenu de cette semaine !

À propos de Nicou

Gérant du site Remlok-Industries.fr || Gestion de communautés, analyses, traductions, réseaux sociaux et bases de connaissances.