The Outpost #114

This post is also available in: English (Anglais)

Salutations pilotes !
Je vous récap les mois de Mars et Avril, avec la première Mise à Jour imminente d’Elite: Dangerous en 2019.
Jetez un œil à The Outpost et retrouvez toutes les infos à ne pas manquer : « The Outpost #114 » !

Nous travaillons actuellement au développement du site. Celà prendra le temps qu’il faudra, aucune date à annoncer, mais voici nos prochains plans : https, optimisations, vitesse du site (x3), 100% compatible mobile, thème nuit/jour.

N’oubliez pas que vous pouvez rapporter les bugs rencontrés en jeu sur le nouvel outil Issue Tracker.
Suivez notre Twitter @RemlokFR et rejoignez le Discord de la communauté Remlok.
Ou bien suivez-moi directement sur Twitter @NicouLenny.

 

Sommaire :

Frontier News

Mise à Jour Avril

Le premier contenu additionnel Elite: Dangerous de cette année se prénomme « Mise à Jour Avril » et arrivera ce mardi 23 !
Un nom plutôt sobre et efficace puisque nous sommes effectivement en avril :O

Comme annoncé, cette mise à jour s’attèlera à améliorer la vie des joueurs grâce à des transformations du jeu ici et là, rendant l’expérience de jeu plus plaisante et accessible à tous.
Retrouvez la Rediffusion en français sur Twitch, ainsi qu’un Récap complet.

RÉSUMÉ :

  • Systèmes uniques pour les nouveaux joueurs, jusqu’à obtention d’un rang de pilote ;
  • Deux nouveaux modules vous permettant d’assister vos déplacements en supercruise et pour apponter/décoller ;
  • Deux modules optionnels Classes 1 supplémentaires pour les petits vaisseaux, et un seul pour les vaisseaux moyens et larges ;
  • Indicateur d’activités, niveaux de menaces, guides du pilote et entraînements disponibles via le cockpit ;
  • Améliorations de l’écran de commerce avec de nombreux outils utiles ;
  • Le retour des évènements communautaires sous le nom d’Initiatives Interstellaires et dont le début est prévu pour ce 28 avril. Il s’agit d’une histoire complète articulée sur plusieurs campagnes narratives sur lesquelles les joueurs pourront participer. Pour débuter, nous allons débuter des excavations sur les sites des Gardiens pour en récupérer d’avantage de détails et technologies pour notre combat contre les Thargoids. L’Ingénieur Ram Tah et AEGIS seront de la partie et d’autres groupes seront investis sur ces histoires. Scénarios spéciaux, modules, fonctionnalités, et autres choses seront introduites grâce à ces Initiatives Interstellaires.
  • Ainsi que diverses améliorations et correctifs de bugs. Je vous partagerai les Notes de Version dès qu’elles seront disponibles au public.

 

Je voulais également féliciter l’équipe de Frontier Developments ayant travaillé sur le dernier livestream officiel Elite: Dangerous. Ça faisait bien longtemps que nous avions obtenu une diffusion aussi propre, pro et intéressante et c’est très rassurant sur le niveau de l’équipe et les moyens mis en place. À part la caméra en bas à droite qui cachait de temps en temps quelques informations et le son un peu faible, nous avons eu en direct un Producteur, un Designer et un Communautaire + une vidéo de présentation d’une fonctionnalité à venir et des teasers + quelques Q/R avec la communauté + live à 20h Paris + un layout au top le tout dans une ambiance détendue. Là, chapeau. Merci pour ce livestream, j’espère qu’il y en aura de nombreux autres comme celui-ci 🙂

Retour au sommaire

 

Jeu de cartes et Roleplay

Nos aventures roleplay ED:RPG continuent de plus belles avec 13 aventuriers dont 6 sont actuellement en pleine campagne afin de dénicher un assassin Fédéral.
Ce dernier, du nom de Cork Paddy, a causé bien des troubles à l’Alliance et l’Empire. Pour cette mission, c’est la cheffe des opérations d’Interpol pour l’Alliance Kay Kilbride qui contacte les commandants afin de discuter d’un contrat spécial. Après avoir abattu le Dropship de l’assassin, les équipes se fraient un passage au travers de l’épaisse jungle de Baijungu A 1 afin de s’assurer que Cork a bien été abattu… mais ce qu’ils vont découvrir les amènera a bien plus qu’ils ne l’auraient imaginé.

La Saison 1 d’EDRPG-RI se terminera en mai afin de reprendre les aventures en juin pour la Saison 2. Au menu, trois nouveaux suppléments en Commerce, Exploration et Xenos ainsi qu’une progression de l’histoire, de nouvelles rencontres, équipements, vaisseaux, véhicules et plus encore !
→ À l’occasion de cette Saison 2, je ferais un Giveaway de plusieurs cadeaux EDRPG : Le livre de règles hardback, des dés, Tshirt, clé USB et trousse ! Oui, une trousse, vous êtes tous là pour elle :p
Pour nous rejoindre : Feuille EDRPG-RI afin de créer votre personnage et rejoindre Discord.

Spidermind, les développeurs du jeu RP, continuent de créer de nouveaux contenus pour EDRPG.
Vous pouvez d’ailleurs bénéficier de -25% sur tous les articles EDRPG grâce au code DW2-9642-1171-8348 jusqu’au 13 mai !

Mais Spidermind travaille aussi sur un autre jeu dans l’univers d’Elite: Dangerous : ED Battle Cards !
Après de multiples déboires sur KickStarter, leur campagne de fonds est contrée deux fois car des opposants indiquent que l’univers d’Elite est une licence qu’ils possèdent. Frontier Developments, possédant réellement la licence Elite, soutient Spidermind mais rien n’y fait et les multiples combats administratifs afaiblissent Spidermind qui se détournent maintenant de KickStarter.

Frontier Developments a récemment annoncé qu’ils fonderaient ED Battle Cards avec Spidermind si ces derniers peuvent prouver qu’il y a une forte demande pour ce jeu.
C’est ici que nous pouvons faire pencher la balance : Si ED Battle Cards vous intéresse, vous pouvez le précommander à 50£ (57.8€) au lieu de 60£ sur la boutique.

Si vous êtes amateurs de jeux de cartes, roleplay et d’Elite: Dangerous c’est l’occasion d’obtenir 245 cartes pour former vos decks, suivre une des 20 missions disponibles ou inventer les vôtres et utiliser tous les outils, cartes, jetons et dés disponibles dans le pack !

Retour au sommaire

 

Roleplay Distant Worlds 2 – CMD Hillgrob

Le commandant Hillgrob m’envoie régulièrement ses histoires, alors qu’il explore la galaxie à l’aide de l’expédition Distant Worlds 2.
Découvrez ses nouveaux récits et images dont vous pourrez retrouver le début de son aventure sur The Outpost #113.

Distant Worlds 2 - Jour 22
04/02/3305 – Système Pru Aescs NC-M d7-192
Un dernier saut et j’y suis !
Me voici au troisième waypoint de notre expédition. Comme je l’imaginais, arriver après la foule permet d’éviter d’être intercepté par un des nombreux tueurs qui rôdent. Je reste cependant prudent et me mets rapidement dos à l’étoile, position qui met en danger celui qui souhaiterait m’intercepter.
Je scanne le système en hâte. Qu’est ce que c’est que ce truc ? Mon ordinateur de ciblage détecte une anomalie stellaire qui n’apparaissait pas dans mes scanners… Allons voir ça de plus près !
J’enclenche mon navigateur supercruise et démarre en trombe en surveillant le radar. Personne à l’horizon…
Personne.
Je sens une montée d’adrénaline à mesure que je m’approche de ma cible… Dix-mille, huit-mille… Je suis à portée maintenant et je coupe la navigation. Mon Asp s’arrête dans un tonnerre fracassant…
Devant moi, drapés dans l’obscurité, flottent de grands cristaux de métal. Tels des arbres aux épines menaçantes, ils trônent au milieux des blocs de roches qui composent l’anneau de la géante gazeuse. Je m’approche avec prudence en mettant en route ma vision nocturne. Ces cristaux sont gigantesques et sans doute plus durs que mon pare-brise en oxynitrure d’aluminium. Je décide de les traiter avec respect.
Un scan m’indique qu’il s’agit de deux formes rares de cristaux, qualifiés de « purpureus » et « flavus ». Leurs reflets sont d’or et de pourpre. Un dernier cristal, vert celui-ci, ne demande plus qu’à être scanné.
Bon sang ! Des lumières vertes viennent d’apparaître et ondulent doucement. Des lucioles de l’espace ? Le scanner de composition m’indique qu’il s’agit d’anomalies de type P-01 sans plus de détail. Peste ! Mon Asp ne possède pas de drone d’échantillonnage bio. Bah ! Qu’importe au final : je suis plus cartographe que biologiste.
Une alarme apparait dans mon fil d’information : Le quatrième waypoint a été révélé ! Je dois me rendre dans le système Clooku EW-Y c3-197 où la suite de mon aventure m’attend.
Je quitte le bras d’Orion ce soir. A très bientôt commandants !
CMD Hillgrob, pilote DW2-11949, terminé.
Distant Worlds 2 - Jour 23

En route pour la nébuleuse PREAE AIN AA-A H29

Bon… Quelle est la suite du programme ?
Je tapote un instant l’accoudoir de mon siège. Une fois de plus, je décide de ne pas viser directement ma destination. Avec mon réservoir de taille 5 et ses 32 tonnes d’hydrogène, ma portée est grandement réduite mais ça me permet un vrai confort de navigation et plus de 6 sauts à pleine puissance sans plein. Je ne suis pas obligé, comme la plupart, de filtrer les étoiles OBAFGKM, « Oh Be A Fine girl Kiss Me » ou « KGB FOAM » ; les seules qu’on puisse écoper. Mon fuel scoop est un modèle 5C, bien plus compact et bon marché que les 6A que certains affichent par snobisme.
Et vous savez quoi ? C’est très largement suffisant pour faire le job.
j’opte pour le filtre « civilisation » de la carte afin de ne pas rater un éventuel avant-poste caché. J’oublie également le filtre économique et je coche le filtre des jets de matière, seul moyen de permettre à l’ordinateur de sélectionner les étoiles à neutrons.
Voilà.
Hmm, la nébuleuse PREAE AIN AA-A H29 me parait sympa à visiter. Elle est petite et comporte peu d’étoiles. J’en aurais vite fait le tour.
Avant de partir je décide de scanner une géante type II et ses anneaux… Wow ! C’est riche en métaux par ici ! Je plonge en choisissant un spot au hasard.
Je n’ai pas emporté de raffinerie mais mon petit laser de forage gratte quand même consciencieusement la surface d’un énorme bloc métallique. Là encore j’utilise les filtres pour éviter de voir tous les blocs de minerais – inutiles pour moi – dans mon ordinateur de ciblage. Ce qui m’intéresse, ce sont les matériaux.
Oh-oh !! Du plomb ? Vraiment ? C’est mon jour de chance ! Je ne comprends pas pourquoi ce matériau, pourtant considéré comme archi-commun, soit en fait si rare. Je m’empresse d’aller le ramasser à l’ancienne, « au skill », avant de refermer ma soute.
Je cabre mon appareil, colle 4 pips dans les moteurs, et fais bondir mon « Oculus Explorer » hors de l’attraction des anneaux. Dans moins d’une minute, je serais à 47AL d’ici, en route vers l’inconnu.
Distant Worlds 2 - Jour 24

in the middle of a dream…

Beyond and far away, my ship is on the road,
Lonely in the cockpit, the middle of nowhere,
Unlocking my limit, I’ll be wake and aware,
End of neutron highway shut my FSD load.
No one here to speak to, except my little cat,
On my knees he’s sleeping, purring in the cosmos,
Void around, he’s dreaming, probably of meadows,
A mate, one mouse or two, a nova to look at.

Distant Worlds 2 - Jour 25

Dans un canyon rose bonbon ?

Réveil difficile.
Langue pâteuse, yeux collés et 3 missiles sismiques charge lourde dans le crâne.
La tête penchée en avant, le visage dans les mains, j’essaie de me remémorer les événements de la veille…
Je me souviens avoir volé durant plusieurs heures, enchaîné les cartographies jusqu’à l’épuisement. Mais après ?
Un verre vide trônant sur une tablette me rafraichit la mémoire : Hier j’ai contacté mon pote, le CMD Sven Aegirson, pour avoir de ses nouvelles et lui donner quelques tuyaux de vieux briscard. Quand on s’est rencontrés il y a quelques mois, il venait tout juste de s’offrir un Adder tout neuf… Enfin, aussi neuf qu’un Adder puisse être ; et faisait ses premières armes dans l’espace. On va pas se mentir : Quand tu passes de piéton à commandant de navire sans y avoir été formé, comme beaucoup de pilotes actuellement, il y a des tonnes de choses à apprendre, surtout si tu décides de parcourir l’espace « avec un moteur qui fait teuf-teuf ».
J’avais alors un gros 600h de vol, largement de quoi envisager de prendre cet apprenti sous mon aile, histoire qu’il ne finisse pas chahuté dans un vortex de naine blanche ou aplati sur une planète à plus de 3G de gravité. En plus, aplati dans un Adder, y’a plus glorieux comme fin.
De quoi on a parlé déjà ? De son Cobra MkIII que je lui avais conseillé d’acheter, puis du Dolphin qu’il s’est payé depuis. Ah ! Il transportait une passagère en dehors de la Bulle. Bien ça ! Une première expérience hors des limites de la civilisation est toujours un grand pas à franchir.
Je me lève, me sers un verre d’eau, et trébuche sur pas moins de 2 cadavres de bouteilles. Merde ! J’ai torpillé un Brandy lavien ET une fiole de Bourbon Indi ? Il vient de là le pic-vert !
J’ouvre la porte du cockpit et prends la lumière d’un soleil en plein dans la tronche. Je jure. Il faudra que je pense à installer des rideaux sur ce pare-brise.
Je me marre tout seul.
Bon, voyons le journal de bord. Avant de me poser dans un canyon tapissé de rose bonbon (ça ne s’invente pas), j’ai composé un poème… En anglais ?
La vache, j’en tenais une sévère.
Le curseur en bas du journal clignote toujours. Je décide de retourner me coucher une heure ou deux, et je ferme mon journal.

Distant Worlds 2 - Jour 26

Ellaidst ZT-Q D5-139 5A

Une longue douche et un café ont suffit à me remettre d’aplomb et j’ai décollé de mon « canyon rose » avec la drôle d’impression de quitter un coin exceptionnel et la certitude que je ne reviendrai sans doute jamais par ici.
Je suis parti aussitôt en direction de ma cible, la petite nébuleuse PREAE AIN AA-A H29. Comme prévu, elle ne paye pas de mine : Un gros nuage de quelques dizaines d’années-lumière qui ne modifie que très peu les couleurs dans la région… Je fais le tour d’un premier système sans grande conviction, puis un deuxième. Enfin je repère un point détail digne de s’y intéresser, un site biologique…
Hélas ! C’était encore les même cônes qui se sont dressés devant moi. J’ai quand même décidé de les scanner, de descendre un rover et de tirer sur quelques champignons qui dépassent. Les cosses mussidiennes et les excroissances de phloème sont les plus valables même si les premières sont parfois dures à décrocher. Les échantillons sont bourrés de métaux rares : Pas terrible pour une omelette. Triste journée.

Distant Worlds 2 - Jour 28

Clooku EW-Y C3-197 5GA – Site géologique #16

Je me réveille avec la mine maussade et me dirige directement vers le cockpit. Ce n’est pas le moment de se laisser envahir par la morosité et il faut repartir vers le prochain waypoint.
Je parcours l’immense carte de la galaxie en gardant le filtre des civilisations ouvert. Un point bleu attire mon attention. Un site Guardian ? C’est impossible !
Je zoome : C’est juste un énorme nuage bleu qui entoure une étoile à neutrons. Voilà un coin qui sera intéressant à visiter ! Je programme mon objectif en prenant bien soin de cartographier le maximum de planètes. J’en sonde 30, peut-être plus encore. J’arrive bientôt en vue de mon nuage.
C’est magnifique ! Tout l’espace est bleu profond ! Chose amusante, les pilotes qui sont passés par ici n’ont pas cartographié l’ensemble de ce petit système. J’en profite pour faire le tour et cartographier tout ce qui ne l’a pas été.
C’est au moment de repartir que je me rends compte que je suis tout prêt de l’objectif ! Encore quelques sauts et je serais au waypoint !
J’arrive à 19h30 et c’est l’effervescence. Un grand groupe de pilotes s’est rassemblé autour d’un site géologique remarquable ou des geysers jaunes d’or tranchent sur la glace bleu pâle. Dans 30 minutes, ils feront un « mass jump » en direction du prochain objectif.
Le compte à rebours se fait entendre dans la radio et à l’annonce du « zéro », tous les pilotes enclenchent leurs moteurs hyperdrive vers le nouvel objectif : Rendez-vous à Boewnst KS-S c20-959 A2A dans 5 jours. J’y serais !

Distant Worlds 2 - Jour 33

Gru Hypue KS-T d3-31 – Gagarin Gate

« Lakon Hotel India Lima : Landing authorized at pad zero-seven »
Le communicateur de la station annonait mécaniquement son autorisation d’atterrissage tandis que je braquais le nez de mon Asp en direction du sol. Un Eagle de la sécurité passa devant moi et me salua en battant légèrement des ailes.
La recherche de systèmes habités sur la carte m’avait permis de découvrir cette station quelques jours plus tôt dans la nébuleuse Vostok-1. Ayant passé 3 semaines sans voir personne, il me tardait de déstocker mes informations de cartographie.
Une fois arrimé, je demande l’accès au hangar interne et la plate-forme s’enfonce dans les entrailles de la planète. Je commence par réparer mon vaisseau puis je me tourne ensuite vers le panneau d’Universal Cartographics, prends une inspiration profonde et enfonce la gâchette pour enclencher la transmission.
Les chiffres défilent et je n’ai pas moins de 3 pages complètes de découvertes et de cartographies pour un total de plus de 140 millions de gains.
Il est temps de regarder ça de plus près : Mon meilleur score s’élève à 11.2M pour un système, Ellaidst FH-K D9-196, qui possède 23 corps. Eodgorph EB-E D12-185 me rapporte à lui seul 7.8M pour seulement 6 corps tandis que Ellaidst CQ-F C27-10, avec ses 48 corps, ne rapporte même pas 535k. Je décide de regarder ma carte à nouveau pour essayer de mieux comprendre comment tout ça fonctionne.
C’est sans grande surprise que je constate ce que je savais déjà plus ou moins. Le premier système comporte une géante bleue de type O autour de laquelle gravitent 14 corps majeurs, dont une aquatique (terraformable), 11 abondants en métaux (dont 2 terraformables), et 2 lunes rocheuses. Je me suis payé le luxe de cartographier chaque recoin ce qui m’a pris, de mémoire, 40 ou 45 minutes. Le système entier était vierge de toute découverte. Jackpot !
Le grand système peu rentable, bien que vierge, était banal à pleurer : Des géantes gazeuses communes, des corps rocheux et glacés sans intérêt. Seuls les 2 premières planètes un peu massives et contenant du métal méritaient d’être scannées
Le dernier et plus petit système s’articule sur une étoile à neutrons et 5 corps majeurs : 4 abondants en métaux dont une terraformable et une aquatique, terraformable également. Je souris en constatant qu’au moins 2 autres commandants sont passés avant moi, l’un se contentant de découvrir l’étoile tandis que l’autre est passé au dessus de la planète aquatique sans rien scanner…
Quelque chose ne colle pas : La planète aquatique se situe en périphérie du système. Avec l’ancien système de détection il aurait été très peu probable de tomber seulement sur celle-ci par hasard, et avec le nouveau, tout le système devrait être découvert. Notre commandant aurait été assez malin pour ne faire un scanner spectral que de la planète aquatique mais aurait oublié de prendre de quoi la cartographier ? Quel genre d’explorateur est-ce là ?
Je referme la carte, dubitatif, quand mon attention est attirée par un message envoyé par la station.
J’esquisse un sourire.
« Félicitations commandant : Le cercle des pilotes vous octroie sa plus haute distinction en vous élevant au rang d’Explorateur Élite ! »
Le Bourbon Indi doit valoir une petite fortune par ici mais je décide de descendre à quai pour essayer de m’en dégoter une caisse. Ou deux.

Distant Worlds 2 - Jour 42

Boewnst KS-S c20-959 – Polo Harbour

Me voici arrivé à la station Polo Harbour mais mon arrivée se fait tardivement. Après l’annonce de mon rang Élite en exploration, j’ai en effet pris du temps pour joindre le waypoint et je me trouve actuellement avec – à mon échelle – 64 sauts de retard sur le peloton de tête.
Je me doutais bien que nous n’irions pas à Colonia. L’objectif étant de rallier Sagittarius A*, les organisateurs ont fait obliquer le parcours à 90°.
Je programme ma destination vers Dryau Ausms KG-Y e3390. La densité stellaire ici est tellement forte que presque tous mes points d’arrivée seront des étoiles à neutrons, une autoroute rapide, certes, mais probablement sans grand intérêt, d’autant qu’à ce stade, la plupart des concurrents auront sans doute visité ces zones.
Depuis Gagartin Gate j’ai découvert de nombreux point intéressants dont deux étoiles à neutrons à balayage ultra rapides, ma toute première planète tellurique dans le système Blaa Phoe RH-D C15-478 et un système comportant pas moins de 100 corps stellaires ! Je n’ai par contre pas vraiment pris la peine de descendre souvent à la surface des planétoïdes, mes silos à matériaux étant quasiment tous pleins. Une fois cependant je suis descendu pour récupérer un peu de tellure et j’eus la surprise de constater la présence d’un sol couleur framboise sous la régolithe grise.
C’est aussi maintenant que l’aventure se corse. A part cette station qui nous attend près du centre de la galaxie, la suite du programme devrait se faire quasiment sans aucune possibilité de ravitaillement, réparation ou déchargement de données.
Il y a quelques heures à peine, j’ai entendu parler du crash d’un pilote qui aurait sous-estimé la pesanteur qui régnait sur une planète. C’est pourtant pas compliqué : Un coup d’œil au dessus de la représentation de notre vaisseau et on peut y lire la gravité à laquelle le vaisseau est soumis lorsqu’il entre dans un champs gravitationnel. Il est impératif d’y prendre garde dès qu’on aborde un planète un peu massive.
Allez, il est temps pour moi de reprendre une route trop longtemps mise de côté. Je vous laisse avec ces quelques clichés.

Distant Worlds 2 - Jour 44
Byoi Ain GR-N E6 1614 – Au cœur d’une nova récurrente ?
J’allais lancer une énième fois la charge de mon FSD quand je repérai ce nuage bleu à ma droite. Je décidai de regarder ma carte pour voir ça de plus près.
Le système au centre de la nébuleuse se nomme Byoi Ain GR-N E6 1614. Il est peu probable qu’il soit passé inaperçu mais je pointe mon curseur dessus et enclenche le passage en hyperespace.
L’arrivée est une fois de plus incroyable : Un système quadruple composé d’une étoile à neutron extrêmement active très proche de deux autres étoiles massives. D’après ce que je sais, il arrive que la forte gravité de certains astres, comme les naines blanches ou les étoiles à neutrons, puissent accréter la matière d’une étoile proche pour donner régulièrement lieu à des nova récurrentes, des explosions qui justifieraient la présence de cette nébuleuse bleue.
Je scanne rapidement la zone, cartographie les endroit laissés par les autres commandants et en profite pour passer un appel à un vieux camarade, le pilote Sven Aegirson.
« Allo, commandant Hillgrob ! Comment vas-tu vieille branche ? figure-toi que je viens de m’offrir un Krait Phantom tout neuf et il est extraaaa ! Je fais toujours le taxi pour des gros pontes bourrés de fric et… merdmerdMEEERDE !!! Quel con ! J’ai oublié de demander l’appontage et je suis coincé dans les grilles ! Argh ! Et ce couillon en Beluga qui bloque le passage *crrft zttt* Dégage de là ! *czzt tzzt*… Allo ? Ouais, j’ai terminé ma manœuvre et je m’en sors sans trop de casse, et sans amende. Coup de bol. Comment se passe ton voyage ? »
Je ne peux pas m’empêcher de rire grassement.
« Ben regarde par toi-même ! Je suis actuellement dans une sorte de nébuleuse bleue dans une zone avec une densité stellaire pas possible. T’es dispo pour une visite virtuelle ?
– Carrément ! On commence ça tout de suite ?
– Ça marche. J’enclenche l’invitation pour « Mondes Lointains », tu n’auras qu’à le faire… *clic* Maintenant ! »
J’enclenche alors la recherche d’équipage dans la section « Mondes Lointains » et un hologramme de Sven prit tout de suite place sur le siège passager, tandis que les transmetteurs quantiques lui donnaient une image instantanée des alentours.
« La vaaaaache ! Toutes ces étoiles ! Et ce bleu autour !
– Et tu n’as encore rien vu… Patiente 2 minutes si tu veux bien ».
J’enclenche le supercruise pour m’approcher de l’étoile à neutrons et des deux autres corps céleste, un jaune et un bleu.
« C’est classe ! Tu es loin du reste du groupe ? »
On a continué à discuter quelques minutes, et avant de se quitter, Sven m’invita à bord de son appareil. Le Krait Phantom est aussi beau de l’extérieur qu’il peut être classe à l’intérieur. C’est décidé ! Je vais redoubler d’efforts et faire un maximum de découvertes… Et un jour, j’en piloterai un aussi !
Distant Worlds 2 - Jour 49
Je suis à la bourre, vraiment.
Ces moments de solitude m’ont permis de me familiariser avec le mode prise de vue livrée avec le vaisseau. Si je suis encore incapable de changer la focale ou la profondeur de champs, au moins ai-je réussi à prendre des clichés en haute résolution : Pour cela, il faut être seul, ou peu accompagné (en solo ou groupe privé, NdA) et enclencher le cliché avec une antique commande Alt + F10, apparemment impossible à reconfigurer. Tsss… Enfin, j’ai trouvé ça à temps pour photographier ma seconde planète tellurique, entourée d’anneaux.
C’est vrai, je peine à vouloir avancer à toutes blindes vers mon but. En même temps, à quoi bon foncer pour rattraper le gros du convoi ? D’autant que je passe parfois près de bizarreries cosmiques.
Prenez Delphairb NF-G c11-30 C 1 par exemple. Cette proto-planète de la taille de la Terre, abondante en métaux et dont la surface est boursouflée de lacs de lave visibles de l’espace a un demi-grand axe affiché de 0.00 UA, ce qui signifie qu’elle orbite à moins d’un million de kilomètre de son étoile (contre 160 millions pour la Terre, rappelons-le). De plus, une journée et une année ont exactement la même durée, à savoir un peu plus de 2 heures terrestres. Avec cette vitesse de rotation, même une planète rocheuse est totalement elliptique !
En parlant de dimension, je me suis souvent posé une question : Quelle est la taille de ces gigantesques cratères dans lesquels je me suis posé ? J’ai une astuce afin de le calculer : Il vous suffit de voler à basse altitude à une vitesse constante, le plus vite possible, et à chronométrer le temps que vous prenez pour parcourir la distance comprise entre les deux côtés. Multipliez votre vitesse en mètres/s par la durée en secondes de votre traversée pour obtenir le diamètre en mètres. Enfantin, non ?
Et puis il y a Delphairb HA-Q d5-5611 A 3, un monde terrestre aquatique terraformable que j’ai scanné… Je sais qu’il est possible de transformer une atmosphère qui contient 74% d’ammoniac (NH3) avec des bactéries et extraire l’eau de son océan unique pour libérer de l’oxygène en abondance mais quand même : Qui voudrait vivre sur une planète où une journée dure 31h, et où une année dure plus de 22.711 jours ?
A moins que…
Oui ! Un camps de vacances ! Avec des journées interminables et des étés qui durent l’équivalent de dizaines d’années terrestres ! C’est décidé : Quand je serais riche, je ferai établir une station balnéaire dans un de ces paradis aquatiques !
Distant Worlds 2 - Jour 54

En direction du centre galactique

J’ai décollé il y a 4 jours du système Dryau Ausms KG-Y e3390 et il était aussi fascinant qu’étrange. Les organisateur du Distant Worlds 2 nous ont vraiment gâtés !

A mon arrivée j’ai été accueilli par une géante gazeuse qui orbite à proximité immédiate d’une étoile à neutron, elle-même formant un binôme avec un trou noir que j’ai failli percuter ! Je n’ose imaginer les effets de marée gigantesques que ce maelström de champs gravitationnels peut provoquer sur la planète.
Un peu plus loin, encore une configuration incroyable : Deux géantes gazeuses bleues très proches l’une de l’autre – une fois leur diamètre – mais pas suffisamment pour qu’un petit satellite rocheux ne puisse se faufiler entre ces mastodontes. J’atterris à sa surface, encadré par les deux colosses avec la désagréable impression de risquer de me faire pulvériser à tout moment dans un gigantesque cataclysme cosmique.
Je reste un moment pour prendre quelques clichés et décide de redécoller vers le waypoint officiel (un canyon rempli de fumerolles) pour récupérer quelques matériaux avant de repartir.

Un coup d’œil sur la carte montre à quel point il est inutile de préparer un itinéraire : L’endroit fourmille d’étoiles à neutrons. Hormis les points de refueling, je n’aurais pas à me soucier de ma portée hyperspatiale. Je me surprends à sourire en repensant à mon premier super-jump de Distant Worlds 2, et à mon appréhension. Aujourd’hui, cette manœuvre est devenue tellement routinière !
La routine : Compagne et ennemie de l’explorateur. Je vérifie par prudence l’état de mon FSD : 84% ! Il est temps de faire une pause et de réparer : Les coupures intempestives sont réputées se produire en dessous de 80%. Le risque est la sortie brutale de supernavigation, et la dégradation de la plupart des modules.
Je stoppe au milieu de l’espace. Mon moteur se tait. Je ferme les yeux. Seul le ronron de mon module de maintenance me sépare de l’isolement absolu, qui se produit au bout d’une minute.
Et je reste là, à écouter le vide.
Est-ce mon esprit ? En dehors de quelques bips électroniques, il me semble entendre une sorte de chœur, un chant lent et lointain, un appel vers le vide insondable. L’illusion persiste quelques secondes après avoir ouvert les yeux, me laissant perplexe.
Je reboote mon FSD et mets le cap sur une nouvelle destination.
Quelques sauts plus tard, la fatigue me prend et je décide de descendre sur un planétoïde riche en métaux. Pour ce quart de repos, c’est un sol rouge intense et une étoile orange très proche qui me serviront de compagnons.

Distant Worlds 2 - Jour 55

En direction du centre galactique (bis) – Lecture d’archives historiques

Le voyage est parfois propice aux rencontres… Le fait est que l’exploration spatiale est surtout l’occasion de se retrouver seul·e avec soi-même et mon escale sur un planétoïde perdu dans l’immensité des 400 milliards de systèmes stellaires qui composent la Voie Lactée me fait me sentir extrêmement insignifiant. Et seul.
Heureusement, les entrailles de mon Asp bénéficient de la totalité du savoir humain, patiemment engrangé et documenté de centaines de millions de textes et vidéos. Je décide donc de faire une recherche sur la date du jour, le 8 mars.
« Journée Internationale des Droits de la Femme ». Qu’est ce que c’est que ce truc ?
Une rapide recherche me permet de savoir qu’une nation était l’ancêtre d’une faction. Possédant une langue, une Histoire et un territoire sur l’antique Terre, dans le système Sol. Elles étaient dirigées par un gouvernement. Cette appellation archaïque prit fin lors de l’exploration spatiale massive et l’avènement des grandes puissances que sont l’Empire, la Fédération, et plus récemment l’Alliance. Mais pourquoi une telle « journée » ?
Quelques recherches plus tard et je me rends compte de l’état de délabrement de la société du 21ème siècle. En ce temps, les tâches et les salaires commençaient à être réparties équitablement mais la proximité avec le second millénaire – majoritairement désastreux envers les femmes – ne permettait pas encore la largeur d’esprit que l’humanité connut avec le temps.
Aujourd’hui, bien que certaines zones de l’Empire soient encore très archaïque, il ne viendrait à l’esprit de personne de revendiquer un statut supérieur en raison de son sexe. Le troisième, et dans une moindre mesure le quatrième millénaire ayant permis à l’humanité de corriger massivement ces réflexes d’un autre âge. Il suffit de voir le nombre de femmes pilotes et le nombre de commandantes – et leur adresse au combat ou en négociation – pour se rendre compte à quel point ces considérations sont archaïques.
Je retourne m’asseoir à mon poste de pilotage pour reprendre ma route en direction de Sagittarius A*. Encore quelques sauts et j’y serais.
Commandantes, commandants, fly safe !

Distant Worlds 2 - Jour 57
Stuemeae FG-Y d7561 – Explorer’s Anchorage
Ça y est ! J’y suis !
Dernière étape avant d’aller me poser : Je visite le waypoint Stuemeae KM-W c1-342. Là, je repère un étrange phénomène galactique : Des structures cristallines métalliques flottent au milieu d’un anneau de glace, certaines en forme d’étoiles pointues, d’autres en forme de sphères agglomérées. Des amas de poussières flottent alentour, comme produites pas les sphères sombres. J’y découvre également une « anomalie K11 », sorte de luciole énergétique mobile. J’ai essayé de la récupérer en ouvrant ma soute mais des interférences électromagnétiques ont brouillé mon HUD et rongé mon bouclier. On se contentera d’un scan.
Peu après, je saute vers Stuemeae FG-Y d7561 et me pose sur la station Explorer’s Anchorage pour valider mes découvertes. Ces trois semaines de cartographie m’ont permis de gagner 175 millions de crédits me propulsant aux portes de mon premier milliard, sans toutefois me permettre d’en franchir le seuil. Pour le moment, je ne suis pas encore allé voir le trou noir Sagittarius A*, ni n’ai commencé à aider la communauté à extraire la bauxite, l’eau et l’oxygène nécessaire pour l’opération communautaire. Aujourd’hui, je prends un peu de temps pour moi.
La station n’est pas encore terminée et même si l’essentiel a été monté – Les bureaux administratifs, l’atelier et les bars – les équipes de construction travaillent en continu pour assembler rapidement les panneaux solaires et les modules d’habitation.
Je me balade au hasard. La station n’est fréquentée que par des durs : Des baroudeurs, d’anciens mercenaires, des mineurs reconvertis et des traders milliardaires repentis. Je parierai qu’il y a aussi quelques pirates planqués dans le tas. Le tableau d’affichage ne me donne pas tort d’ailleurs, en affirmant qu’un pirate avec 800 millions de prime rôde dans le secteur. Je suis pas sûr que mon petit Asp puisse faire le poids, même en vitesse pure.
Je commence à regretter les stations de La Bulle ou on peut croiser des gamins au regard brillant, cherchant à écouter les récits des pilotes ou simplement le nez collé à la vitre, regardant le ballet incessant des entrées et sorties des stations. L’endroit n’est clairement pas une destination touristique, pas encore du moins. Pour le moment, elle n’est qu’un avant-poste réservé à une élite, certes cordiale, mais qui ne plaisante pas.
En retournant au hangar, je constate que la peinture dorée de mon Asp s’écaille de partout. Un employé du chantier naval m’interpelle.
« Commandant Hillgrob ! Je vous attendais… On a terminé de vérifier vos armes, réparé quelques composants de votre FSD et resserré quelques vis… Ah ! Vous êtes venu en Asp Explorer, à l’ancienne. Lakon fait du solide, un excellent choix ! Dites, vous ne souhaitez pas refaire la peinture j’imagine ? La votre est à 29% d’intégrité.
– Non merci l’ami. Ces impacts et cet aspect rugueux sont un peu la marque de fabrique des explorateurs. Par contre, je veux bien que vous retouchiez les grades pour ajouter un symbole « Explorateur Élite » sur un flanc.
– A votre convenance… Et oh, puis-je vous demander un autographe ? C’est pour mon fils. Il suit le récit de votre exploration depuis votre départ de Pallaeni. Quand il a su que je serais affecté à cette station, il m’a demandé de vous intercepter… »
Je m’exécute, surpris.
« Merci ! Il va être ravi ! Il m’a chargé de vous dire ceci : Fly safe commandant Hillgrob, o7 ! »
Je lui rend son salut, amicalement, et c’est le sourire aux lèvres que je remonte dans mon appareil.
Distant Worlds 2 - Jour 58

Stuemeae FG-Y d7561 – Hésitations

Moteur classe A ingé « sale » niveau 3 : Check
Mines explosives et électriques : Check
Bouclier : Check

J’ai beau repasser en détail les caractéristiques de mon Oculus Explorer en boucle : J’hésite.
Le trou noir supermassif Sagittarius A*, première grosse étape de l’opération DW2, n’est qu’à un saut de mon pad et pourtant je ne suis pas serein : Depuis que cette troupe d’assassins sans foi ni loi est partie de Pallaeni, les cadavres et les vaisseaux perdus pour toujours se sont dénombrés par milliers. Certains ont poussé l’hameçonnage au rang d’art en appelant leur vaisseau « DW2 medical ship » : Un comble. Ces salauds ont nommé leur campagne de massacre le « Distant Gank 2 ».
Et puis il y a toujours ce type avec une prime de 800 millions qui rôde.
Plus j’y pense et plus le trou noir Sag A* ressemble à un très gros ver, avec des pêcheurs tapis tout autour qui attendent que moi ou un autre abruti y morde.
Si seulement j’avais pu débloquer le grade 5 chez Palin, j’aurais pu filer à 538m/s au lieu de me trainer à un peu plus de 500m/s. C’est suffisant pour un Anaconda ou une Corvette mais si un Cutter ou un Krait m’accroche, je suis bon pour la casse.
Allez ! Je tente le coup ! Souhaitez-moi bonne chance !

Distant Worlds 2 - Jour 59

Stuemeae FG-Y d7561 – Sagittarius A* and Community Goal

C’était fascinant !!!
Haha ! Je n’en reviens toujours pas. Le Graal de tout explorateur était là, devant moi !
Le trou noir supermassif Sagittaire A* vaut vraiment le détour : Tout l’espace se plie littéralement en son centre et la lentille gravitationnelle fait vriller complètement la perception du tore galactique. Eh oui ! Vous qui êtes restés dans la Bulle, vous voyez notre Voie-Lactée de l’extérieur, comme une trainée lumineuse à peine perceptible. Ici, au centre même de la galaxie, le nuage forme un unique anneau doré.
Les gankers me direz-vous ? Couchés, sans doute. Bon, j’ai quand même repéré un Anaconda suspect près de la balise touristique « Le Centre ». Un rapide scan et un coup d’œil à son matériel ne m’ont pas permis de déceler d’interdicteur FSD. J’étais donc en sécurité pour quelques clichés.
De retour à la station Explorer’s Anchorage, je troque ma panoplie d’explorateur autonome pour une version dotée d’un laser de minage et d’une raffinerie. Je vais racler la surface des gros blocs de glace que j’ai repéré dans un système pas très loin.
J’enregistre donc mon nom à l’opération communautaire et je pars chercher de l’eau et de l’oxygène liquide… Et tout ce qui traîne aussi, je n’ai pas vraiment l’intention de faire la fine bouche.
Petite précision en passant. Le système Stuemeae FG-Y d7561 comporte 4 phénomènes galactiques. J’en ai visité deux et j’ai fait quelques essais de largage de mines dans la zone… J’ai été déçu de voir que les mines placées dans mes point d’emport taille 2, de part et d’autre du cockpit, partent mal vers l’arrière et explosent au niveau de mes moteurs, sans faire de dégâts heureusement. J’ai profité de la présence du chantier naval pour changer la position de mes lanceurs mais je suis un peu vexé de ne pas avoir repéré ce défaut avant. Il faut être prudent avec ces armes exotiques.
Je vous laisse ! J’ai une première cargaison à revendre à la station. A très bientôt !

Distant Worlds 2 - Jour 71
Swoals IL-Y e0 – Hades Edge
Quitter une ultime fois la douceur d’Explorer’s Anchorage fût difficile mais l’aventure doit bien reprendre son chemin. Avant de partir j’ai fait monter 2 caisses de bières – Le quotas légal – pour célébrer chaque waypoint comme il se doit jusqu’au retour dans la Bulle.
Cette fois encore j’ai bourlingué en prenant un cap un peu décalé, me faisant passer par une nouvelle nébuleuse bleue. Cet itinéraire me permit de découvrir ma troisième planète tellurique. J’ai même poussé le zèle jusqu’à cartographier la totalité d’un système comportant 45 corps, la plupart riches en métaux. Je sais, je suis taré, mais vous n’êtes pas au bout de vos surprises…
Le point à atteindre cette semaine se trouvait très loin au-dessus de la Voie Lactée et nécessitait une vingtaine de neutron-jump quasi continus pour y parvenir. Son nom : Hades Edge.
Hades Edge est l’unique endroit où atterrir dans cet enfer éloigné de tout. Là encore, la surprise est de taille : L’arrivée se fait à proximité d’une étoile à neutrons mais c’est bien la seconde étoile qui impressionne par ses dimensions, 29 fois le rayon solaire. C’est une géante rouge !
Juste en orbite, un planétoïde fait face à l’écrasante masse de l’étoile. Sa surface ressemble à la chair d’un animal que l’on aurait passé à la flamme : Noir, parsemé de tâches plus claires comme si la roche avait été vitrifiée. Au milieu de ce chaos, des tâches rouges forment comme autant d’éclaboussures de sang. Encore un endroit qui porte bien son nom.
C’est dans cet enfer que nous somme censés nous regrouper.
En arrivant, je n’ai vu qu’un unique Anaconda en vol, le CMD Sniper Fish. Je l’ai scanné pour voir s’il s’agissait d’un pirate mais il ne disposait pas d’intercepteur FSD. Je me suis posé gentiment face à l’étoile, à bonne distance de l’Anaconda – on ne sait jamais – puis je suis descendu à la surface pour rouler un peu, et commencer à écrire.
Hein ? Quoi ? Bon sang quelle trouille ! Je me suis endormi dans le SRV. C’est bien moi ça : Réussir à faire une sieste en enfer !
Un voyant clignote dans ma liste de messages : Le prochain waypoint vient de tomber ! Je note rapidement : Phroi Bluae QI-T e3-3454 3 A, géosite 4…
Parfait, plus qu’à rentrer au vaisseau, rentrer les coordonnées pour voir où ils nous emmènent…
CMD Hillgrob, Explorateur Élite DW2-11949, terminé.

Prestige politique et histoire

Le Powerplay, ou la Lutte d’Influence, continue d’opérer en jeu et les puissances s’affrontent sur divers plans militaires, économiques et politiques afin de gagner de nouveaux territoires et d’étendre leurs influences sur le monde humain.

  1. edmund-mahon Edmund Mahon =
  2. Arissa Lavigny-Duval =
  3. aisling-duval Aisling Duval +1
  4. denton-patreus Denton Patreus +1
  5. yuri-grom Yuri Grom -2 // Période de troubles
  6. pranav-antal Pranav Antal +1
  7. zachary-hudson Zachary Hudson -1
  8. felicia-winters Felicia Winters -2
  9. li-yong-rui Li Yong-Rui +2
  10. zemina-torval Zemina Torval +1
  11. archon-delaine Archon Delaine -1

 

 

 

Cycle 202. Nous sommes en cycle 203.

 

Galnet.fr et GalnetAudioFR vous proposent les actualités Elite: Dangerous en français préparé selon vos goûts. Vous pouvez soit lire les actualités, soit les écouter. Bonne lecture !

 

 

Organisations des Puissances - Reddit

Si vous parlez anglais un tant soit peu, n’hésitez pas à rejoindre les Reddit des Puissances ! Vous y découvrirez des joueurs de votre groupe ainsi que la très importante stratégie à mener et la diplomatie afin de ne pas attaquer n’importe quel joueur sous peine de transgresser les règlements (Roleplay).

Alliance

Edmund Mahon

Fédération

Felicia Winters // Zachary Hudson

Empire

Arissa Lavigny-Duval // Aisling Duval // Zemina Torval // Denton Patreus

Indépendants

Archon Delaine // Li Yong-Rui // Pranav Antal

Retour au sommaire

Évènements communautaires

Les Évènements Communautaires reviendront dès le 28 avril sous la forme d’Initiatives Interstellaires ; Des campagnes narratives en plusieurs phases dévoilant de nouvelles histoires, scénarios, modules et bien plus encore.

Plus d’informations à ce sujet peuvent être trouvés dans le premier chapitre de cet article.

Retour au sommaire

Au cœur de l’action

N’hésitez pas à nous en envoyer vos plus jolies images et vidéos sur Twitter, Discord ou en commentaires.
Découvrez les fantastiques images de Madaxo, Anthreal, ToCoSo, Placyde, Explore, Louvian, Exorcist et Niibl ! Sans oublier un combo de peintures par l’excellente BeetleJude.

Distant Worlds 2 est toujours en cours où des milliers d’explorateurs voguent de systèmes en systèmes jusqu’à leur but ultime : Beagle Point, le point le plus reculé du système solaire dans la galaxie.
L’opération IDA continue de réparer les stations endommagées par les Thargoids, grâce à l’aide des pilotes indépendants, et obtient un record : la réparation d’une station en seulement 3h36m et 1 115 206 unités de marchandises transportées !

Retour au sommaire

Vidéos de la semaine

Trois vidéos cette semaine sur Elite: Dangerous. Bon visionnage commandants !
Merci aux créateurs : Eikoop, Placyde et Other Places.

Retour au sommaire

 

N’hésitez pas à partager cet article avec vos amis, et à discuter du contenu de cette semaine !

À propos de Nicou

Gérant du site Remlok-Industries.fr || Gestion de communautés, analyses, traductions, réseaux sociaux et bases de connaissances.